51% d’interventions des entreprises minières jugées peu sociales dans cinq provinces de la RDC

0
450

 Kinshasa 06 février 2021 (ACP).-  51% d’intervention des entreprises minières œuvrant en République démocratique du Congo sont jugées peu sociales dans cinq (5) provinces du pays, indique le  rapport de trois (3) organisations de la société civile sur « l’évaluation des projets sociaux des entreprises minières en RDC », rendu public vendredi à Kinshasa.

Selon ce rapport, une étude menée par les organisations de la société civile présentent l’évaluation de 50 projets sociaux réalisés par treize (13) entreprises minières entre 2008 et 2018 dans les provinces : du Haut-Katanga, Sud-Kivu, Lualaba, Haut-Uelé et Ituri, afin d’évaluer et de mesurer l’incidence réelle de ces projets sociaux réalisés par ces sociétés minières dans les zones d’activités respectives dans le cadre de leur contribution au développement communautaire au profit des populations.

La source précise que cette étude menée a porté sur  quarte (4) critères d’évaluation d’un projet social à savoir  l’efficacité, l’efficience, la durabilité et l’impact, soulignant qu’en ce qui concerne le critère d’efficacité, trente (30) projets sur 50

portant sur la réhabilitation des infrastructures existantes ont été identifiés comme projets sociaux efficaces, au regard des normes et standards dans différents domaines sociaux tels que le projet d’adduction d’eau à Durba  en Ituri  et Lusirusiru ainsi que la réhabilitation du pont Mutoshi au Haut-Katanga.

Pour ce qui concerne le critère de l’impact et celui de la durabilité, l’étude a noté que le taux enregistré est supérieur à la moyenne sur base de la réalisation des ouvrages existants, ainsi que la mise en place des mécanismes de suivi et de structures de gestion pour assurer la pérennité des projets réalisés, lequel demeure un défis à relever , ceci indépendamment des entreprises qui financent.

Ce rapport indique que l’évaluation faite sur base du critère de l’efficience montre que seuls seize (16) projets sur 50 affichent une note supérieure à la moyenne, ajoutant que ce critère a  connu comme difficulté l’accès aux informations sur le coût de projets réalisés dont les données ne sont pas publiées à l’ITIE.

Les recommandations

Ce rapport recommande notamment,  au gouvernement la signature de l’arrêté portant approbation du manuel fixant les attributions et procédures de fonctionnement de l’organisation spécialisée pour la gestion de 0,3% du chiffre d’affaires annuelle des entreprises minières en faveur du développement communautaire des zones d’exploitation.

Il recommande également l’application de la législation minière pour la négociation et la signature des cahiers des charges de communautés.

A l’ITIE, le rapport invite cette structure de veiller à ce que les entreprises minières publient les informations nécessaires liées à leur responsabilité sociétale.

Ce rapport est présenté par trois organisations de la société civile à savoir : la Maison des mines du Kivu(MMKI), le Cadre de concertation de la Société civile sur les Ressources Naturelles en Ituri (CdCRn) et l’Initiative de la bonne gouvernance et Droits Humains (IBGDH), sous la coordination et l’appui technique du Centre Carter, indique-t-on. ACP/CL/KJI