Le nouveau président de l’UA, Félix Tshisekedi  inscrit son mandat dans la réalisation de trois grands dossiers

0
555

Kinshasa, 07 février 2021 (ACP).- Le Président de la République et président en exercice de l’Union africaine (UA), Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, qui dirige le sommet virtuel avec tous ses pairs africains, dimanche, au 2ème jour des travaux  du 34ème sommet ordinaire de l’Union africaine, a indiqué avoir inscrit son mandat dans la réalisation de trois grands dossiers.

Selon la presse présidentielle, il s’agit de la gestion de la pandémie de COVID-19, de l’engagement d’une vaccination des populations africains et de la réduction des conséquences économiques y relatives sur le continent, l’opérationnalisation de la Zone de Libre-échange Continental Africain (ZLECAF) et l’accélération du processus des Réformes institutionnelles de l’UA.

En ce qui concerne la pandémie  de COVID-19, le souhait des Chefs  d’Etat est de renforcer  la stratégie commune de lutte contre  la pandémie.

Il est vrai  que jusqu’ici  le continent africain a été  relativement  moins  touché que d’autres parties du monde mais son économie  a subi le contre-coup de cette pandémie.

Il ressort de différentes discussions  des Chefs d’État,  l’impérieuse nécessité d’engager une vaccination massive des populations africaines contre la COVID-19.

Cependant,  des  défis majeurs  restent à relever notamment la recherche des vaccins, des financements et l’acceptation de la vaccination par la population jusqu’ici sceptique  de manière générale.

«Alors que nous nous préparons à la tâche massive de vaccination de nos populations contre le COVID-19, nous comptons sur l’UA et ses partenaires pour fournir l’assistance et le soutien dont nous avons besoin», déclarait le Président  sortant Cyrille Ramaphosa.

A propos de l’opérationnalisation de la  Zone de libre-échange continental africain (ZLECAF), considérée comme le rêve des pères fondateurs  de l’Union Africaine, les Chefs d’Etat ont souhaité que  l’intégration régionale  consécutive à  sa mise en œuvre  se poursuivre.

L’entrée  en vigueur  depuis le 1er janvier 2021 et la poursuite  de ratification par les pays signataires de l’accord est un progrès  significatif. D’autres mesures comme la suppression  progressive des barrières tarifaires sont attendues. L’industrialisation  des économies  africaines est un autre défi  à  relever.

Enfin, au chapitre des réformes institutionnelles de l’Union Africaine, des voix se sont élevées  pour une accélération  du processus.

Ces réformes concernent notamment la création  des institutions  financières continentales. A ce sujet, les Chefs  d’État se sont accordés  à reconnaitre qu’il s’agit d’une urgence.

Il sied de souligner que le Président  de la commission de l’UA réélu Moussa Faki Mahamat et la vice Présidente ont prêté  serment au cours de ces travaux. ACP/CL/May