Lumumba ville, catalyseur de la paix, de la cohésion sociale, de l’éradication de la pauvreté et du développement durable dans la province du Sankuru.

0
140

 Kinshasa, 08 février 2021 (ACP).- Le Professeur Shomba Kinyamba de l’université de Kinshasa a publié une étude intitulée « Lumumba ville, catalyseur de la paix, de la cohésion sociale, de l’éradication de la pauvreté et du développement durable dans la province du Sankuru », réflexion de sa communication donnée récemment, au quartier Macampagne, dans la commune de Ngaliema, lors de  la rencontre de l’élite Tetela à Kinshasa, initiée par les clergés  qui veulent que les fils et filles du Sankuru se parlent, échangent, se concertent autour des enjeux aussi bien nationaux que provinciaux de l’heure.

Il relève que « notre désunion de suite de nos diversités d’intérêts, des recommandations issues de différentes assises sont restées sans un lendemain porteur ainsi qu’en témoigne notre dernière rencontre qui a suivi ce démembrement qui muait le district du Sankuru en province autonome ».

Le professeur Shomba Kinyamba  a souligné que dans l’Administration Publique congolaise, on ne créée pas une ville, on élève plutôt une bourgade à une ville lorsque celle-ci réunie un certain nombre de critères parmi lesquels, le volume de la population, la promotion des infrastructures économiques et sociales (éducative, voies de communication et structure sanitaire). Tenant compte de cette réalité, il a salué le fait que Lumumba ville en constitue une exception, c’est-à-dire une ville à construire, née de la volonté du  Chef de l’Etat, Felix Antoine Tshisekedi Tshilombo de  formaliser en termes de nomination des animateurs par l’actuel de Lumumba Ville.

Il a expliqué les différents facteurs qui ont présidé à la fondation ou au développement des villes à travers l’Histoire. Le site et la situation de la ville sont des facteurs primordiaux lors de son établissement. Voici quelques exemples : villes fondées au bord d’un cours d’eau ou d’une mer, spécifiquement au début ou en fin de bief navigable : Kinshasa, Kisangani, Matadi, Kindu, Boma ;villes fondées sur un emplacement propice au développement d’un port :  Anvers, Matadi, Boma, Banana, Pointe Noire ;villes développées par les activités commerciales : Lufu, Kasumbalesa, Bordeaux, Bruges, Hong Kong ; villes développées par les activités industrielles : Lubumbashi, Kolwezi, Chicago, Manchester ; villes créées pour devenir une nouvelle capitale : Abuja, Yamoussoukro, Brasilia, Ottawa, Washington ; villes fondées par des conquérants ou des colons : Stanleyville, Léopoldville, Elisabethville, Brazzaville, Abidjan, Alexandrie, Le Cap, Pretoria ; villes développées du fait de la proximité d’une ressource naturelle : Lubumbashi, Kitwe, Goma ; villes développées du fait religieux : Kamba, Jérusalem, Rome.

La symbolique Lumumba

 Selon professeur Shomba, de par l’origine de cette ville, Lumumba ville doit être compris comme l’expression qui résulte de la reconnaissance de la nation congolaise quoi que tardive, témoignée en l’honneur de ce personnage célébrissime de la RDC, ce météore qui, malheureusement, demeure sans sépulture. Ce qui aurait pu servir de lieu de pèlerinage. C’est donc là, la motivation originelle qui, en aucun cas, ne mérite aucune trahison. Aussi cette ville que la nation tout entière lui dédie comme c’est le souhait de Congolais, doit devenir une réalité de par la symbolique qu’elle porte.

Parmi les attentes, l’orateur a souligné que LumbumbaVille doit être le catalyseur de la paix, de la cohésion sociale, de l’éradication de la pauvreté et du développement durable de la province du Sankuru. À travers Lumumba ville, le Sankuru est donc appelé à renaitre de ses cendres au travers de cette ville souvenir qui doit devenir un centre d’impulsion appelé à tirer son hinterland vers le haut.

Selon lui, Patrice Emery Lumumba, en tant que symbolique doit être ce levain qui doit vivifier cette ville et avec elle, tout le Sankuru et, pourquoi pas, toute la République. En effet, par symbolique, on entend ce qui constitue un symbole et/ou repose sur un ou sur plusieurs des symboles. Une symbolique vaut ce qu’il représente. Parce que P.E. Lumumba fut un météore et donc un être exceptionnel, la ville qui porte son nom, devrait rayonner à la hauteur de son image.

Il a invité les fils et filles du Sankuru sur un appel pathétique : « Tenons-nous la main dans la main pour une cohésion sociale capable de générer des énergies essentielles en vue de bâtir cette ville.ACP/Kayu/KJI