Félix Tshisekedi réitère sa promesse d’œuvrer pour la participation des Africains au développement du continent

0
430

Kinshasa, 15 février 2021(ACP)-Le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, a réitéré sa promesse d’œuvrer pendant son mandat à la présidence de l’Union africaine, pour la  participation des peuples africains au développement du continent, le respect des principes démocratiques et de bonne gouvernance, la promotion de la justice sociale, le respect de la dignité humaine et la consolidation de la solidarité africaine.

Le Chef de l’Etat l’a indiqué samedi 13 février2021, devant les diplomates accrédités en RDC,réunis à la cité de l’Union africaine (UA) à Kinshasa,  lors de la restitution de la 34èmesession ordinaire de l’assemblée des Chefs d’Etat et de gouvernement de l’UA tenue du 6 au 7 février 2021  à Addis-Abeba.

Pour lui, sa vision s’appuie sur les priorités du Premier Plan Décennal (2013-2023) demise en œuvre de l’Agenda 2063 et s’articule autour de neuf piliers prioritaires avec un accent particulier sur les questions relatives à la sécurité sanitaire, à la lutte contre la COVID-19 et la couverture vaccinale ; la sécurité alimentaire, les infrastructures notamment énergétiques dont le Grand Inga ; l’autonomisation et la participation des femmes à tous les niveaux et dans tous les secteurs ; la lutte contre l’impunité et les violences sexuelles, l’investissement dans le capital humain et les jeunes ainsi que la lutte contre les changements climatiques.

Le Chef de l’Etat rend hommages aux femmes africaines

Le Chef de l’Etat a rendu hommage à toutes les femmes africaines qui,  malgré les différentes difficultés auxquelles elles font face, ne baissent pas les bras et contribuent d’une manière ou d’une autre à l’édification du Continent. Il a réitéré, à cette occasion, sa promesse de travailler avec les femmes.

 « Je tiens à assurer à nos héroïnes que nous allons travailler main dans la main pour bâtir une Afrique meilleure. A ce titre, nous allons renforcer les instruments juridiques en faveur des femmes et pour la première fois, sur le Continent ,sera organisé le sommet des hommes sur les violences sexuelles car cela les concerne aussi », a souligné le Président Félix Tshisekedi, ajoutant : « L’Afrique que nous voulons est une Afrique inclusive, celle qui ne laisse personne de côté, celle où les hommes et les femmes ont des droits égaux et un accès à toutes les formes de ressources, celle qui se repose sur l’égalité des sexes ».

 Pour Félix Tshisekedi, l’autonomisation et la représentativité aux instances décisionnelles des femmes sont essentielles et nul ne peut douter du fait que l’efficacité de cette Organisation continentale passe par la capacité de ses acteurs à travailler ensemble.

Renforcement du système de santé dans la lutte contre la COVID-19

 Pour faire face à la COVID-19, a-t-il dit, l’UA a mis en place un « Fonds Africain de Covid-19 » qui va constituer en une plateforme d’acquisition de matériels d’accélération de tests de Covid-19 et d’acquérir une vaccination accessible pour tous à l’échelle continentale.

Ces mesuresviennent en appui au fonctionnement du renforcement et à l’autonomisation du Centre de prévention et de contrôle des maladies infectieuses (CDC), a-t-il souligné, avant d’annoncer le déploiement prochainement des envoyés spéciaux pour la mobilisation des financements et pour œuvrer en faveur des activités contre cette maladie. A cela s’ajoute la Task Force africaine nouvellement créée.

En plus de renforcer le système de santé, le président de l’UA a invité les Etats membres à investir davantage dans l’éducation et la recherche scientifique.

« Dès lors, il est un intérêt hautement stratégique que chaque Etat membre réserve une bonne part de son revenu au développement de son capital humain qui est la principale richesse, la seule qui soit capable de se mobiliser avec efficacité pour résoudre ce problème spécifique et faire face aux défis mondiaux », a-t-il martelé.

La Zone de libre- échange continentale africaine, un projet phare

Selon le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi,  la Zone de libre- échange continentale africaine (ZLECAF), un autre legs des pères fondateurs de l’UA, est également une torche d’espérance qui  conduit l’Afrique  sur l’autoroute de l’industrialisation pour des économies compétitives et diversifiées.

« Ce projet phare de l’UA tombe à pic au moment où la pandémie de COVID-19 a mis en exergue les faiblisses de nos économies tributaires de matières premières, sources de conflits armés », a-t-il encore dit , indiquant qu’avec  la suppression des barrières tarifaires de ce nouveau marché unique, il y a lieu d’encourager la fabrication, la valorisation de nos ressources naturelles et le développement de l’agro- industrie, des secteurs générateurs d’emplois décents et durables pour les jeunes africains.

 Pour le renforcement des liens de coopération avec tous les partenaires…

 Pour le Président Félix Tshisekedi, le mandat de la RDC à la tête de l’UA est placé également sous le signe du renforcement des liens de coopération existant avec tous les partenaires bilatéraux et multilatéraux, sans exclusive.

Il a reconnu que l’Afrique continue de souffrir d’une cruelle insuffisance de financement. Il a,

A cet effet, il a salué  l’engagement renouvelé des États-Unis d’Amérique envers l’Afrique à travers ses deux programmes phares que sont l’African Growth et le Millenium challenge corporation (MCC). Il a apprécié l’ambitieux programme de la Chine  intitulé  «  une ceinture, une route » qui donne une place de choix au continent africain auquel près de 40 pays africains  ont déjà adhéré.

Il a également formulé le vœu que la tenue en septembre prochain du Forum Chine-Afrique offre l’occasion de réadapter notre cadre de coopération au contexte de la crise-Covid.

« Aussi, la TICAD unissant le Japon à notre continent, le Pacte du G20 en faveur de l’Afrique créé à l’initiative de l’Allemagne s’inscrivent dans la même logique visant à promouvoir l’investissement, la croissance et le développement sur notre continent », a-t-il dit, ajoutant qu’il en est de même d’autres initiatives dont certaines en cours comme les rencontres Afrique-Inde, Afrique- Turquie, Afrique-Monde-Arabe.

Il a aussi fait savoir que lors du prochain sommet Union européenne – Union africaine, il sera question d’évoquer, pour les pays africains, la possibilité d’avoir une politique commune vis à vis de l’Union européenne qui a toujours était présente à ses côtés.

« Les économies africaines s’inscrivent en ligne droite du consensus de Dakar sur la problématique du développement durable et sur le plaidoyer de l’effacement de la dette africaine », a-t-il affirmé, ajoutant que l’Afrique reste convaincue que la part de son accroissement dans le commerce international est indispensable pour réduire la fracture socioéconomique entre le continent et les autres parties du monde, combattre durablement l’instabilité et l’insécurité.

« Nous saluons à cet égard, l’engagement renouvelé des États d’Amérique », a-t-il dit.

Tout en réitérant ses vœux  d’une Afrique de paix où du nord au sud et de l’Est à l’Ouest, la paix et la sécurité deviendront des cultures communes, il a appelé à  une mobilisation générale des leaders occidentaux et des peuples d’Afrique, des hommes, femmes et jeunes, pour la réalisation de la vision portée par l’Agenda 2063 , en ces temps historiques marqués par la crise de COVID-19 et ses lourdes conséquences économiques dans une Afrique dominée par sa population jeune, dynamique et impatiente.

« L’Afrique et le Congo avec sa jeune et dynamique population, ses multiples partenaires nationaux et internationaux, vont pouvoir relever tous ces défis et conduire notre continent vers l’émergence et le progrès », a-t-il conclu. ACP/kayu