L’innovation est une clé pour s’occuper des émissions de carbone, déclare Bill Gates

0
297

Kinshasa, 15 février 2021 (ACP).- L’innovation est une clé pour lutter contre les émissions de carbone, et les gouvernements devraient être encouragés à investir davantage qu’ils ne l’ont fait, a déclaré le cofondateur de Microsoft Bill Gates, cité par les médias internationaux.

Dans un entretien  accordé à une agence internationale, M. Gates qui est également coprésident de la Fondation Bill & Melinda Gates, a cité de nombreuses sources d’émissions comme les aciéries et les cimenteries, ainsi que la façon dont les gens cultivent le riz, fabriquent les engrais et élèvent le bétail, en affirmant que le monde ne peut passer outre aucune de ces sources pour atteindre l’objectif de zéro émission. «Pour résoudre ces problèmes, l’innovation est une clé , a-t-il dit, notant que la recherche et développement (R&D) de base est un domaine de coopération énorme, en particulier en matières les plus difficiles telles que la production d’hydrogène écologique très bon marché afin de fabriquer de l’acier et des engrais écologiques. «Nous attendons tous avec impatience (la COP26) à Glasgow en novembre, et nous espérons y assister à beaucoup plus de discussions sur les outils innovants», a indiqué M. Gates, ajoutant que sans innovation, même les pays riches ne seront pas capable d’atteindre l’objectif de zéro émissions.

M. Gates va publier mardi son nouveau livre, intitulé « Climat: Comment éviter un désastre : les solutions actuelles, les innovations nécessaires ». Il y suggère quelques mesures concrètes que les individus, les gouvernements et les entreprises peuvent prendre pour éliminer les émissions de gaz à effet de serre. «Dans mon livre, je partagerai ce que j’ai appris en plus d’une décennie d’étude auprès d’experts du changement climatique et d’investissement dans les innovations dont nous aurons besoin pour y faire face», a-t-il révélé.

M. Gates a exprimé l’espoir qu’en publiant ce livre, le monde pourra élaborer un plan impliquant davantage d’innovation, une forte coopération entre les différents pays et un grand nombre de politiques très innovantes.

Au cours de l’entretien, le philanthrope milliardaire américain a estimé que les véhicules électriques auront absolument un avenir, même s’ils ne représentent qu’un modeste pourcentage des ventes de voitures aujourd’hui, citant le plan de General Motors consistant à cesser de fabriquer des voitures particulières à essence d’ici 2035.

Il a mentionné les nombreux enseignements tirés de l’industrie des véhicules électriques, affirmant que de meilleurs résultats pourraient être obtenus si une grande partie de ces subventions étaient transférées vers ces domaines plus difficiles.

Parmi les nouvelles catégories d’énergie, M. Gates a souligné qu’il privilégie surtout l’énergie nucléaire, qui bénéficie d’avantages en matière de la transmission et la fiabilité du stockage. Comme les centrales nucléaires deviennent plus sûres et moins chères, a-t-il ajouté, l’énergie nucléaire pourrait avoir un rôle à jouer, car elle est toujours disponible quel que soit le temps qu’il fait.

Pour lui, il ne fait aucun doute que les énergies éolienne et solaire représenteront une part gigantesque de la future production d’électricité, mais qu’à moins d’un miracle en matière de stockage, des sources comme le nucléaire qui ne dépendent ni du vent ni du soleil sont nécessaires. ACP/Kayu/FMB/MNI