L’ONG CEDEN plaide pour l’accompagnement de l’agriculture familiale à travers le parc agro industriel de N’kundi

0
382

Kinshasa, 15 février 2020 (ACP).- Le coordonnateur a.i de l’ONG Cercle pour la défense de l’environnement (CEDEN), Barthélemy Boïka Mahambi, a plaidé, lundi, à Kinshasa, auprès du gouvernement pour l’accompagnement de l’agriculture familiale à travers le parc agro industriel de N’kundi dans le territoire Luozi, au Kongo central.

Il a fait ce plaidoyer au cours d’une journée marquant la publication du rapport sur l’implantation de ce parc intitulé « Le parc agro industriel de N’kundi : nouvelle débâcle ou nouveau départ ».

« Nous avons mené une étude au site de N’kundi dans le territoire de Luozi, dans la province de Kongo central, parce le programme que le gouvernement est entrain de mener dans le secteur agricole est un programme qui a deux piliers, dont le premier pilier porte sur l’agriculture industrielle avec le cas de parc agro industriel de Bukanga Lonzo et celui du parc N’ kundi en préparation  et le second pilier consiste à l’agriculture familiale », a-t-il dit.

Pour Barthélemy Boïka, dans l’exécution de ce programme au niveau national, sa structure a l’impression que le gouvernement est entrain de mettre de coté l’accompagnement de l’agriculture familiale, alors que c’est une approche importante qui nourrit les communautés et implique la participation des communautés locales dans tous les processus.

Il a plaidé auprès du gouvernement congolais et ses partenaires dont la Banque mondiale, d’accompagner et d’encadrer ces communautés dans cette agriculture familiale pour augmenter leurs revenus et ainsi résoudre les problèmes de la production et de la pauvreté.

Le coordonnateur a.i de l’ONG CEDEN a fait savoir qu’il s’agit de prévenir et de changer les stratégies pour faire bénéficier aux communautés les richesses de leurs terres.

De son coté, le directeur de programme de plaidoyer de cette ONG, José Monkengo Itela, a rappelé que sa structure évolue dans une coalition qui lutte contre l’accaparement des terres en RDC et travaille dans le suivi des politiques agricoles à travers le suivi des investissements dans les secteurs agricoles en grande échelle.

« C’est dans ce cadre, que nous avons  mené une étude sur le parc de Bukanga Lonzo qui n’a pas répondu aux objectifs prévus. Et Quand nous avions appris la création d’un autre parc, celui de N’Kundi estimé à 100.000 Ha, nous voulons être vigilants pour vérifier si le gouvernement a tiré les leçons de la débâcle du précédent parc pilote », a-t-il avancé, précisant que celui du N’kundi doit reposer sur le modèle du partenariat « public-privé-clans » et la transparence et la bonne gouvernance.

L’étude de ce plaidoyer a été menée dans le cadre de la coalition «  Nos terres, notre héritage sacré », qui regroupe plusieurs membres, dont GTCRR, CFLEDD, CEDEN, CONAPAC, DGPA, ECC, FENEV, RRN ET IRDAC, rappelle-t-on. ACP/kayu