Le président et la conseillère d’Etat de Myanmar en détention seront traités conformément à la loi

0
295

Kinshasa, 17 février 2021 (ACP).- Les dossiers du président du Myanmar Win Myint et de la conseillère d’Etat Aung San Suu Kyi, récemment arrêtés, seront traités conformément à la loi, a assuré mardi un haut responsable militaire lors d’une conférence de presse dans la capitale Naypyidaw, ont annoncé mercredi les médias internationaux.

« Aung San Suu Kyi et Win Myint sont détenus en lieu sûr et sont tous les deux en bonne santé », a déclaré le major général Zaw Min Tun, chef de l’équipe de presse du Conseil d’administration de l’Etat et vice-ministre de l’Information, à l’occasion de la première conférence de presse depuis que le pouvoir de l’Etat a été remis au commandant en chef des Services de défense du Myanmar, le général Min Aung Hlaing.

Certaines affaires doivent être traitées en prenant des mesures judiciaires et le conseil ne fera rien qui contrevienne à la loi, selon Zaw Min Tun. Les premières auditions virtuelles du président et de la conseillère d’Etat, actuellement en détention provisoire, se sont tenues  mardi 16 février, a indiqué à Xinhua l’avocat des deux dirigeants, Khin Maung Zaw.

Aung San Suu Kyi a été arrêtée en vertu de la loi sur les exportations et les importations dans un premier temps, puis de nouvelles poursuites ont été intentées contre elle pour violation de la loi relative à la gestion des catastrophes naturelles. Win Myint est également poursuivi en vertu de cette dernière loi, a expliqué l’avocat.

Les prochaines auditions auront lieu le 1er mars, a ajouté Khin Maung Zaw.

L’état d’urgence a été déclaré pour un an au Myanmar après l’arrestation par l’armée de Win Mying et Aung San Suu Kyi, ainsi que d’autres responsables de la Ligue nationale pour la démocratie (LND), le 1er février.

L’armée a affirmé qu’il y avait eu une fraude électorale massive dans les élections générales de novembre 2020, lors desquelles la LND a remporté une majorité de sièges aux deux chambres du Parlement.

La Commission électorale de l’Union du Myanmar a démenti ces allégations. Plus tôt ce mois-ci, le Conseil d’administration de l’Etat a réformé la commission et pris des mesures pour réviser le processus des élections générales. ACP/kayu/CKM/KJI