La nomination d’un jeune 1er ministre  relève de la volonté politique de rendre le Congo fort et prospère

0
87

Kinshasa, 18 Février 2021 (ACP).- Mme  Bénie Umba, chargée de la communication et des relations publiques de la Place du 4 janvier 1959 de la commune de Kalamu, a  indiqué jeudi,  au cours d’un entretien avec l’ACP que la nomination d’un jeune chef du gouvernement relève de la volonté politique du président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo de rendre son pays fort et prospère.

«Le chef de l’Etat a réalisé l’intérêt de puiser  dans les rangs des jeunes intellectuels, dans tous les domaines de la vie dans l’espoir de hisser  la RDC dans les hautes sphères des nations émergentes de la planète terre», a-t-elle dit avant d’ajouter qu’avec des jeunes bien formés aux affaires qui vont travailler assidument afin de sortir le pays de la pauvreté et des antivaleurs.

Il a également suggéré que l’avènement du premier ministre, Jean Michel Sama augure une nouvelle ère orientée vers la création imminente des classes moyennes agissantes capables d’absorber le chômage et de participer à l’épanouissement des populations congolaises.

L’encadrement des vieux utile  dans la gestion de la chose publique

 De son côté, la juriste et membre du collectif des conseillers juridiques de la Place du 4 janvier 1959, Ange Ilunga  propose, au  chef du gouvernement de se faire entourer aussi des vieux sages pour  réussir dans  sa lourde mission de sortir la République démocratique du Congo du sous-développement.

Mme Ilunga prie, à cet effet le  jeune chef du gouvernement de conduire les affaires du pays en laissant ouvertes ses oreilles aux remarques, critiques et aux conseils des vieux leaders sages afin de mieux cheminer vers l’émergence nationale et le progrès du peuple congolais.  Pour elle, la marginalisation  des aînés peut déboucher sur un conflit de génération à haut risque.

Le caractère sacré du mouvement politique à la base de  sa nomination doit inspirer M. Sama Lukonde à vivre en conformité avec les commandements divins dont celui d’honorer les parents, a dit Mme Ilunga avant d’enjoindre les futurs collaborateurs du premier ministre à comprendre qu’une bonne éducation  des enfants passe par  l’encadrement  des parents et des tuteurs. ACP/FNG/Awa