Création d’un collège doctoral Arts, lettres, sciences humaines et sociales en Afrique centrale et des  Grands lacs

0
225

Kinshasa, 22 février 2021 (ACP).-L’atelier organisé par l’AUF/Afrique centrale et Grands lacs sous la forme d’un webinaire, a décidé de la création d’un collège doctoral Arts, lettres, sciences humaines et sociales en Afrique centrale et des Grands lacs.

Selon la presse de la région d’Afrique centrale et des Grands lacs, qui l’a dit lundi à l’ACP,  cet atelier de validation de la note conceptuelle du collège doctoral Arts, lettres, sciences humaines et sociales, tenu la semaine dernière à distance, a rassemblé les experts qui ont échangé sur les domaines du collège, les principales thématiques ainsi que sur les critères de sélection des doctorants.

La réflexion autour de la mise en place d’un collège doctoral Arts, lettres, sciences humaines et sociales a été initiée par l’AUF afin d’accompagner ses établissements membres d’Afrique centrale et des Grands lacs à relever le défi de la qualité dans la recherche et la formation doctorales.

La source indique que la plupart des structures doctorales de la région, l’encadrement et le suivi des doctorants, la mobilisation des ressources financières nécessaires à leur fonctionnement, l’accès à la documentation scientifique de pointe et aux ressources numériques, la disponibilité de laboratoire de recherche, constituent des défis majeurs.

La création d’un collège doctoral Arts, lettres, sciences humaines et sociales en Afrique centrale et des Grands Lacs répond, de ce fait, à la nécessité de mutualiser les ressources, les expertises et les expériences afin d’apporter des réponses efficaces aux besoins des universités, indique la source.

Selon la source, la création de ce collège répond à des objectifs précis, notamment, celui d’établir des ponts de coopération interuniversitaire et de contribuer au renforcement de la qualité de l’offre de formation doctorale tout en créant des conditions favorables à la production de thèses de qualité dans des délais courts, à travers : la mise en place d’un cadre organisationnel et collaboratif d’acteurs compétents de la formation doctorale, l’organisation de regroupements de doctorants autour de disciplines et de thématiques précises.

« L’atelier de validation de la note conceptuelle est la première étape d’une démarche co-constructive qui devrait aboutir au lancement des activités du collège doctoral dans les prochains mois, notamment la mise en place d’un comité de pilotage, la diffusion d’un appel à candidatures pour la sélection des bénéficiaires et l’organisation du premier regroupement des doctorants », indique la source.

Pour rappel, cet atelier de réflexion a réuni des experts issus d’universités membres de l’AUF en Afrique centrale et Grands lacs (Université du Burundi, Université catholique d’Afrique centrale, Université de Douala, Université de Dschang, Université de Kinshasa(UNIKIN), Université Marien Ngouabi, Université de N’Djamena, Université Omar Bongo, Université du Rwanda, Université de Yaoundé 1, Université de Yaoundé 2) et le Service de coopération et d’action culturelle de l’Ambassade de France au Cameroun.

ACP/