Le président de la FIFA refuse d’adhérer au programme édité par la FECOFA lors de sa visite à Kinshasa 

0
453

 Kinshasa, 22 févr. 2021 (ACP).- Le président de la Fédération internationale de football association (FIFA), Gianni Infantino, a réfusé d’adhérer au programme mis au point par la Fédération congolaise de football association (FECOFA) dans le cadre de son séjour de travail à Kinshasa, le samedi 20 février 2021 dernier.

Gianni Infantino, en dehors de sa visite effectué au siège de la FECOFA, dans la commune de la Gombe, après être reçu en audience par le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi, juste après son arrivée à Kinshasa via Brazzaville, au Congo, n’a pas visité, comme initialement prévu, le terrain Assosa, dans la commune de Kasa Vubu, et procédé à la pose de la première pierre pour la poursuite des grands travaux au Centre technique Baudouin Patient Kurara Mpova.

Et pourtant, ces deux ouvrages ont été financés par la FIFA, qui tient au développement du football à travers les associations nationales membres, financements qui ont déjà englouti plus de 6000.000 $US durant les dix dernières années.

Ce raté fait l’objet des réactions en sens divers auprès des amoureux et analystes du football congolais et continue de défrayer la chronique sportive. Pour les uns, c’est un acte discourtois de la part du président de l’organe faitier du football mondial, qui, en dépit de son agenda très chargé avec le Chef de l’Etat congolais, aurait pu disposer d’un peu de temps pour communier avec le monde du football congolais par l’entremise de celui de Kinshasa.

Selon toute vraisemblance, Gianni Infantino s’est rendu très tard vers 19h00, au siège de la FECOFA, malgré lui. Pendant qu’il s’entretenait avec le président de la République au Palais de la Nation, des jeunes gens dont le projet d’un tournoi scolaire concernait au premier chef, l’attendaient en vain pendant toute l’après-midi au terrain Assosa, dans la commune de Kasa Vubu. Lequel (terrain Assosa) fait partie des terrains de proximité aménagés grâce au financement de la FIFA en vue de garantir le développement du football des jeunes.

Ce qui est pour le terrain Assosa l’est également pour le Centre technique Baudouin Patient Kurara Mpova où le président de la FIFA était attendu avec impatience par des milliers de jeunes. Il a apparemment refusé s’associer à une sorte de célébration, qui devait marquer la pose pour le début des grands travaux dans cette concession du quartier Mikala, dans la commune de la N’sele, qui bénéficie depuis un mois d’un certificat d’enregistrement.

Pour les autres, le départ de Constant Omari Selemani du comité exécutif de la FECOFA serait une délivrance pour celle-ci. Selon eux, son pouvoir, frôlant le pouvoir totalitaire, constituerait un frein à l’épanouissement du football congolais, lequel a besoin de tous les bras pour s’imposer sur le plan continental. Beaucoup de sportifs n’ont cessé de manifester leur désarroi par des pétitions s’inscrivant dans la droite ligne de la démission du numéro un du football congolais. La dernière pétition, celle des anciens footballeurs, date de quelques jours.

Crise de confiance consommée entre Constant Omari et Gianni Infantino

De tout ce qui précède, certaines sources bien informées laissent entendre que les relations entre les deux personnalités, Constant Omari et Gianni Infantino, ne sont pas au beau fixe. Nul n’ignore que la candidature de Constant Omari Selemani au Conseil de la FIFA a été rejetée le 26 janvier 2021 par la Commission d’Ethique de la FIFA en raison des soupçons de corruption qui pèseraient sur celui qu’on appelle « l’homme moderne » à Kinshasa. C’est la même Commission qui a frappé dernièrement le président de la Confédération africaine de football (CAF), le Malgache Ahmad Ahmad, avant qu’il ne soit rétabli dans ses droits par le Tribunal Arbitral de Sports (TAS).

D’ailleurs, à l’arrivée de Gianni Infantino à Kinshasa, Constant Omari n’était même au pays. Il a dû écourter son séjour à l’étranger pour rejoindre Infantino à Brazzaville et traverser avec lui à Kinshasa.ACP/