Sept agents électoraux tués dans l’explosion d’une mine au Niger

0
55

Kinshasa, 22 février 2021 (ACP).- Le autorités nigériennes ont annoncé lundi la mort de sept agents électoraux après que leur voiture aie sauté sur une dans la région de Tillabéri, malgré dépouillement des bulletins de vote qui reste jusque-là en cours après le vote du dimanche dernier, a-t-on appris des agences internationales de presse.

Ces mêmes sources indiquent que le second tour de la présidentielle devra départager qui du favori Mohamed Bazoum ou de l’opposant Mahamane Ousmane prendra la relève de Mahamadou Issoufou. Les bulletins ont commencé à être dépouillés dans la soirée, mais les résultats ne seront pas connus avant plusieurs jours.

Selon le gouverneur de la région Tillabéri, Tidjani Ibrahim Katiella, l’explosion a également fait trois blessés.  A l’en croire, le drame est survenu à Waraou, une localité située sur la commune de Dargol dans la région de Tillabéri, à une centaine de km de Niamey, zone dite des trois frontières entre le Niger, le Mali et le Burkina Faso. Une attaque condamnée par le ministre de l’Intérieur Alkache Alhada.

« Nous avons pensé que c’était un engagement pour tous les Nigériens quel que soit leur bord, et que cela constituerait aussi un exemple pour d’autres pays africains. Mais c’est à ce moment que choisissent des hommes, sans foi ni loi, pour semer la désolation à un moment historique de notre évolution », a-t-il laissé entendre.

Quelque 7,4 millions de Nigériens, sur une population de 22 millions majoritairement trop jeune pour voter, étaient appelés à se prononcer au second tour après le premier du 27 décembre.

Cette présidentielle serait la première transition pacifique dans ce pays marqué par les coups d’Etat depuis son indépendance en 1960. Par ailleurs, l’issue du scrutin ne sera pas connue avant plusieurs jours. Entre les deux tours, l’opposition avait déclaré qu’elle ne reconnaîtrait pas les résultats si elle les estimait entachés de fraude. ACP/FNG/Kayu/NiG/NKV/MNI