Willy Bakonga donne le go de l’effectivité de la reprise des cours en RDC

0
142

Kinshasa, 22 février 2021 (ACP).- Le ministre d’Etat, ministre  de l’Enseignement primaire, secondaire et technique (EPST), Willy Bakonga Wilima, a donné, lundi, le go de l’effectivité de la reprise des cours sur toute l’étendue du territoire national, au cours d’une visite au Lycée Mgr Shaumba, dans la commune de Gombe, à Kinshasa.

Le ministre d’Etat,  qui  s’est dit satisfait de  la présence  des élèves dans des salles de classes, après deux mois de suspension des cours suite à la deuxième  vague de la Covid-19,  s’est  aussi réjoui  de la baisse du taux de prévalence  de  cette   pandemie. « Le Chef de l’Etat tient beaucoup à l’éducation des enfants car, le Congo de demain c’est la jeunesse. Il faut étudier pour être capable d’assumer les grandes responsabilités dans l’avenir. Aujourd’hui, on recommence notre parcours scolaire pour le clôturer en Septembre prochain », a-t-il dit, avant d’appeler  les élèves à respecter les mesures barrières car, a-t-il martelé, « la maladie existe et elle tue ».

Willy Bakonga a aussi  demandé aux parents de faire confiance au Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo en envoyant les enfants à l’école. « Les parents doivent mobiliser toutes les forces possibles pour éviter la propagation de la maladie », a-t-il insisté. En tant qu’historien de formation, Willy Bakonga  a  profité   de l’occasion pour échanger avec les élèves de la 6ème  année littéraire sur quelques notions de cours d’histoire.

 Une  reprise  effective dans les écoles de Kikwit

 La reprise de cours dans les écoles maternelles, primaires et secondaires de Kikwit est effective  depuis ce   lundi  dans  les quatre communes de la ville. Les élèves ont répondu  nombreux ce premier jour.

Si dans certaines  écoles, les mesures barrières sont    respectées   dans d’autres   tous les élèves ne portaient  pas  de masques, pendant que  chefs d’établissements et les enseignants étaient  visibles dans les écoles et dans les salles des classes. Cette reprise est saluée par les parents et les enfants eux-mêmes qui tiennent à terminer bien leur année scolaire. Les écoles étaient fermées suite à la  deuxième vague de  la pandémie COVID-19, rappelle-t-on.

  Effectivité de la reprise dans les  écoles de  Bandundu

 La reprise de l’enseignement dans les établissements primaires, secondaires et techniques (EPST) dans la ville de Bandundu, chef-lieu de la province du Kwilu a été effective lundi, au terme d’arrêt de cours pendant deux mois des suites de la deuxième vague de la Covid-19.

Les écoliers, les élèves et leurs enseignants ont été au rendez-vous et les cours ont commencé normalement. Les élèves ont exprimé leur quiétude en remerciant le chef de l’Etat Félix Tshisekedi Kalombo et le ministre de la tutelle pour avoir aménagé le calendrier scolaire pour la reprise des activités.

Abordé par l’ACP, le chef de l’établissement scolaire EP le ROY/Bandundu, a laissé manifester sa joie par rapport à cette reprise de cours, précisant que des dispositions quant au respect des gestes barrières contre la Covid-19 ont été mises sur pied pour garantir la sécurité des élèves, des écoliers et des enseignants quant à la protection de leur intégrité physique face à la pandémie de la Covid-19, mettant un accent particulier notamment sur le port obligatoire des masques et le lavage correct des mains au savon, avant d’accéder dans la cour de l’établissement.

Quant aux parents d’élèves, ils ont félicité les autorités scolaires pour leurs efforts conjugués de sauver cette année scolaire qui a été menacée par la 2e vague de pandémie à la Covid-19, plaidant pour la prise en charge des nouvelles unités, afin de matérialiser la gratuité de l’enseignement qui est une vision phare du chef de l’Etat Félix Tshisekedi.

 Toutes les provinces éducationnelles du Katanga au rendez-vous

Les cours ont effectivement repris dans toutes les provinces éducationnelles du Haut-Katanga, du Haut-Lomami, du Lualaba et du Tanganyika après la suspension en décembre 2020 par les instances nationales dans le cadre de la lutte contre la deuxième vague de propagation du coronavirus.

Les correspondants de l’ACP dans toutes ces provinces respectives l’ont constaté après des rondes effectuées dans des différentes écoles publiques et privées où les gestes barrières sont scrupuleusement respectés tant par les enseignants que par les élèves. A Lubumbashi dans le Haut-Katanga, les élèves des cycles primaire et secondaire de Lubumbashi ont effectivement repris le chemin de l’école lundi 22 Février 2021, tel qu’annoncé par le gouvernement central.

Les rues et avenues de Lubumbashi dans la province du Haut-Katanga ont été envahies aux premières heures de la matinée du lundi par les bleu et blanc. Les élèves sont enthousiastes à reprendre l’apprentissage des matières prévues au programme national de l’enseignement, après deux mois de vacances dues à la prévention de la deuxième vague de la Covid19 sur toute l’étendue de la République Démocratique du Congo, RDC.

Eliel Shimatu, une élève inscrite en 4ème option électricité, s’est déclarée réjouie de retrouver son banc et le tableau noir, en vue de poursuivre son instruction. Elle assure être préparée et sensibilisée au niveau familial à observer scrupuleusement les mesures barrières, notamment le lavage permanent ou la désinfection des mains, le port des masques et la distanciation sociale afin de se protéger et de protéger ses camarades contre la pandémie sanitaire mondiale.  A Kamina, province du Haut-Lomami, le Lycée Mahidio, la Termitière, Saint Charles Lwanga et Saint Bavon du réseau conventionné Catholique ; Institut Lubimbi du secteur public et autres écoles privées ont fonctionné normalement pour ce premier jour de la reprise.

A Kolwezi, comme annoncé par le ministère de l’éducation nationale, les cours ont repris effectivement sur l’ensemble de la ville de Kolwezi. Ce constat a été fait ce lundi par l’ACP après la ronde effectuée dans quelques écoles primaires et secondaires dans les deux communes de Manika et de Dilala à Kolwezi. Dans toutes ces écoles visitées, le port de cache nez par les élèves et enseignants a été observé. Certains parents contactés par l’ACP ont exprimé un sentiment de joie pour cette décision des autorités de reprendre les cours. Pour les enseignants des écoles privées, avec cette relance des activités scolaires, ils seront rémunérés grâce aux frais scolaires que les parents paient.

Les élèves tant du primaire que du secondaire ont été tous contents pour la reprise des cours. Les tanks et autres récipient d’eau pouvant servir de lavage des mains n’ont pas été visible dans des écoles à cause de la carence d’eau nous ont confirmé certains responsables des établissements scolaires.

Même ambiance dans Kasaï Oriental 

 La reprise des cours dans les établissements de l’Enseignement primaire, secondaire et technique (EPST) ainsi que de l’Enseignement supérieur et universitaire (ESU) est effective dans la province du Kasaï Oriental où élèves et étudiants ont été lundi, perceptibles à travers les artères et dans les cours des écoles, a constaté l’ACP. Cette reprise est consécutive à la mesure y afférente prise par le comité de riposte de lutte contre le coronavirus et les ministères de tutelles. Dans certaines écoles, beaucoup d’élèves se sont présentés sans masque tel qu’exigées par les autorités de l’enseignement et de la santé, et l’entrée dans les salles leur ont été refusée.

Pour certains chefs d’établissements, la discipline dans l’observance des règles barrières doit être de stricte application pour protéger la santé des enfants. Dans plusieurs écoles, des laves mains sont installés à l’entrée et les chargés de discipline placés à côté pour exiger à chaque enfant le lavage correcte des mains au savon. Quelques élèves et étudiants contactés à ce sujet se sont dits satisfaits de la reprise des cours, étant donné que l’inquiétude d’une année scolaire et académique blanche planait dans leurs têtes. Dans les institutions de l’ESU, ce premier jour de la rentrée académique a été consacré à l’accueil des nouveaux étudiants, tandis que dans d’autres promotions.

Morosité à Mwene Ditu

 Les bleu-blanc des établissements scolaires du secteur privé et étatique de la ville ferroviaire de Mwene Ditu, dans la province éducationnelle de Lomami, ont timidement repris ce lundi, le chemin de l’école.

Selon M. Munabe Kanyinda, préfet des études au complexe scolaire Munsampi-Bondoyi qui a été interrogé par un journaliste de l’ACP, les enseignants étaient au rendez-vous pour dispenser les leçons, mais la grande partie des apprenants ont brillé par leur absence pour des raisons non élucidées.  Par contre dans d’autres établissements scolaires de cette contrée, les élèves avaient fait le déplacement de leurs écoles respectives, mais  les enseignants ne se sont pas présentés à leur poste de travail, malgré la tenue des réunions pédagogiques préparatoires convoquées par les autorités de l’EPST.

Le préfet Munabe exhorte les parents d’élèves, d’envoyer dès ce mardi leurs enfants suivre les cours conformément au calendrier scolaire réaménagé par le ministère de tutelle, dans le strict respect des mesures barrières de lutte contre la propagation de la 2ème vague de la pandémie virale et mortelle de COVID-19 édictées par les autorités du pays. ACP/FNG/Kayu/NiG/NKV/MNI