Reprise au tribunal militaire de garnison de Matete du procès sur le meurtre de Rossy Mukendi

0
292

Kinshasa, 24 février 2021 (ACP).- Le tribunal militaire de garnison de Kinshasa/Matete a siégé, mercredi, à la 7ème rue industrielle dans la commune de Limete, sur l’affaire opposant le ministère public et les parties civiles composées du Mouvement débout congolais bâtissons, Nathalie Tshimanga et MukendiTshimanga contre le présumé auteur du meurtre de Rossy Mukendi, le brigadier en chef, Tokis Kumbu.

S’adressant au tribunal, le ministère public a demandé aux juges assesseurs de prêter serment avant de commencer le procès, une demande qui a rejoint aussi la préoccupation des avocats des parties civiles et ceux de la défense qui, par la suite, se sont retirés de l’audience faute de la non-prestation de ces juges.

Interrogé par la presse, Me Richard Bondo, l’un des avocats des parties civiles, a dénoncé la violation de l’article 27 du Code judiciaire militaire par le tribunal qui stipule, que les juges assesseurs doivent prêter serment à leur première audience. «Le Tribunal viole l’article 27 du Code judiciaire militaire qui demande aux juges assesseurs à la première audience de leur siège de prêter serment. C’était une simple formalité qui n’aurait pas pris même deux minutes. Ils ne sont qu’à deux ou trois, ils auraient pu prêter serment», a-t-il expliqué, avant d’insister sur la régularité de la composition des juges devant statuer sur cette affaire. «Pourquoi le président du tribunal persiste dans cette violation ? Il le dit seul sans même consulter les autres membres de la composition. Nous estimons qu’il a, peut-être déjà, sa décision en poche pour acquitter les assassins de Rossy Mukendi. Nous ne pouvons pas accompagner le tribunal dans une espèce de parodie de justice. Le collectif des avocats des parties civiles a décidé de se retirer par respect à l’article 76 de la loi qui organise la profession d’avocats», a ajouté Me Bondo.

Les avocats de la défense ont exprimé le même souhait de prestation de serment des juges assesseurs. «Le tribunal doit appeler ces juges assesseurs à prêter serment conformément à l’article 27 du Code judiciaire militaire. Dès lors que les parties civiles (parties de Rossy Mukendi) viennent de déclarer que ce n’est pas le prévenu Tokis qui est l’auteur de la mort de Rossy Mukendi, elles viennent d’indiquer les auteurs, nous sommes extrêmement contents. Nous attendons le jour où le tribunal va nous notifier la date d’audience et nous allons revenir», a déclaré Me Dieudonné Lokole, l’un des avocats de la défense.

La prochaine audience est fixée au 1ermars prochain. Pour rappel, l’activiste de droit de l’homme, Rossy Mikendi, avait été tué le 25 février 2018 à la paroisse Saint Augustin de Lemba, lors d’une marche pacifique organisée par le Comité laïc de coordination (CLC) pour réclamer l’organisation des élections en RDC. ACP/