La société civile congolaise gagne le pari du renforcement des capacités

0
262

Kinshasa, 25 février 2021 (ACP).- La société civile congolaise a bénéficié jeudi d’un financement de l’Union européenne pour l’exécution du Programme de renforcement des capacités du Cadre de concertation nationale de la société civile en République démocratique du Congo(CCNSC/RDC), mis en œuvre par un consortium de quatre organisations  dont Caritas Congo, Diakonia, CCNSC ainsi que le Centre national  d’appui au développement et participation populaire (CENADEP).

Exécuté pendant quatre ans, dans toutes les 26 provinces de la RDC, ce projet vise à renforcer les capacités des membres de la société civile congolaise afin de les rendre plus efficaces dans l’exécution de leur travail. Il avait également comme objectif spécifique de renforcer les capacités institutionnelles et opérationnelles du CCNSC en vue de maximiser son efficacité et son impact en tant qu’acteur de développement.

M Mishiki, directeur Pays de Diakonia avait déclaré, au cours d’une conférence de presse tenue en son bureau le 08 janvier dernier, qu’en mettant en place ce programme, le consortium voulait remonter la pente des insuffisances que connaissaient ses membres.

Pour ce faire, ces 4 organisations chargées d’exécuter ce projet avait mis sur pied une stratégie d’intervention fondée sur trois axes, à savoir : l’axe «l‘appui-conseil et accompagnement», l’axe «responsabilité du CCNSC» ainsi que l’axe «échange d’expériences».

Celui-ci a, cependant, permis aux organisations de la société civile réunies dans les différents groupes de travail, de mettre en place des stratégies efficaces qui ont influencé 149 politiques menées sur 150 actions de plaidoyers reparties dans différents secteurs notamment, l’éducation, la santé, l’exploitation des ressources naturelles, le social, l’humanitaire, la politique ainsi que les enjeux nationaux et internationaux.

Ceci a produit comme résultat, la rédaction et la mise à la disposition du public de plus de 54 notes de plaidoyers sur les problèmes majeurs constatés dans les 26 provinces.

Au chapitre du cadre permanent de renforcement des compétences sectorielles mis en place, ce programme a permis la création d’un «cadre permanent de renforcement des capacités des compétences sectorielles», dont le Centre de ressources ou maison de la société civile.

Plusieurs formations ont été également réalisées dans le cadre de ce programme, notamment sur la gestion des projets ainsi que celle d’accès sur les résultats, la fiscalité, le genre et le leadership féminin.

Notons que les exécutants du projet ont réfléchi sur les perspectives d’avenir et ont fait savoir qu’il était impérieux pour eux de  continuer à bénéficier de  l’appui institutionnel et opérationnel des CCNSC/ CCPSC, avant de solliciter un appui à leur plan d’action et la mise en place du centre des ressources.

D’énormes succès dans l’élaboration du projet

Les 4 organisations de la société civile ont connu d’énormes succès dans l’élaboration de ce projet malgré quelques difficultés liées au contexte politique et sécuritaire, à la politisation de la société civile et à la lutte de positionnement et du leadership. Ce qui a retardé l’exécution des activités.

Au chapitre des prouesses réalisées, on note le plaidoyer en faveur du paiement des salaires des agents de la Société nationale des chemins de fer au Congo(SNCC) exécuté par  CCPSC/Haut-Katanga, qui a produit comme résultat, l’engagement à amorcer le processus de paiement progressif des salaires de ces agents.

Celui mené par CCPSC/Mongala auprès du maire de la ville de Lisala, dans la province de la Mongala, en faveur de l’application de la loi sur la liberté de la presse. A l’issue de ce plaidoyer, la Radio Mwana Mboka, fermée pour des raisons politiques, a été réouverte à la grande satisfaction de la communauté.

Enfin, le plaidoyer en faveur de la conservation de l’environnement dans le parc national de Virunga, fait par CCPSC/Nord-Kivu et dont l’incidence fut, l’annulation du projet d’exploitation du pétrole dans le parc national de Virunga par le gouvernement congolais.

ACP/ GGK