Sensibilisation  à plus de pragmatisme à la JIF/2021 à l’UNYMCA

0
208

Kinshasa, 25 Février. 2021(ACP).- La chargée des cours et de la cellule sociale  à l’Université de l’Association chrétienne de jeunes gens et Association chrétienne féminine(UNYMCA), Pétronelle Pierrette Luvengo  a  sensibilisé jeudi, les étudiantes et les femmes membres  de cet établissement chrétien d’enseignement supérieur, à poser des actions à impact visible, au cours d’une réunion préparatoire  à la Journée internationale de la femme(JIF)/2021 dans la commune de Kalamu.

Selon Mme Luvengo, depuis l’instauration de cette journée, les organisateurs se  cantonnent aux actions de bureau voire à la tenue des conférences et des séminaires théoriques, déplorant que  cette manière de voir la JIF n’a pas débouché sur le changement de comportement des hommes  à l’endroit des femmes.

Elle a, pour illustration, fait allusion à la sous représentativité de  la femme dans les organes de prise de décisions, malgré le 30% accordé par la Constitution à la participation féminine dans les institutions étatiques.

Ainsi Mme Luvengo a souhaité voir le thème de chaque année être observer par les autorités afin de permettre à la femme congolaise de jouir  de tous ses droits.

 Formation des étudiantes et femmes de l’UNYMCA à la découverte de leur identité

 Par ailleurs, Mme Pétronelle Pierrette Luvengo, a édifié jeudi, les étudiantes et le personnel féminin de cette institution, à la découverte de leur identité spirituelle en vue de la promouvoir.

Selon elle, la femme doit être comprise comme une personne appelée à donner la vie et à l’entretenir, ajoutant qu’à ce titre, elle doit militer pour la promotion de sa dignité ainsi que celle des enfants. Elle a  ainsi exhorté les participantes à cultiver les grandes valeurs de nature  à humaniser la société.

Mme Luvengo a stimulé l’assistance à suivre l’exemple des vertus  du courage,  de la foi, de la fidélité, de la pureté, la charité, le pardon, le dévouement, la vérité et la persévérance dans le bien, affirmant que le fondement du respect de la dignité de la femme réside dans  l’ordre de la création.

ACP/GGK