Les entreprises du portefeuille, la FEC, la société civile, le CAFCO et la FENAPHACO soutiennent le nouveau gouvernement

0
301

Kinshasa, 26 Février 2021(ACP).-Les délégations des entreprises du portefeuille de l’Etat, de la Fédération des entreprises du Congo (FEC), de la société civile, de la présidente  du Cadre permanent de concertation de la femme congolaise (CAFCO) et celle de la Fédération nationale des personnes vivant avec handicap (FENAPHACO) ont exprimé leur souhait de soutenir et de travailler avec le nouveau gouvernement, à l’issue, vendredi, des audiences que le Premier ministre leur a accordées dans le cadre des consultations pour la formation du nouveau gouvernement à l’Immeuble intelligent à Gombe.

Un mémo des entreprises du portefeuille remis au Premier ministre Sama Lukonde

La délégation de l’Association nationale des entreprises du portefeuille (ANEP) conduit par le Directeur général de la SONAS,  Lucien Ekofo, a remis au Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde,  un mémo reprenant les desiderata ainsi que les propositions des entreprises et établissements de l’Etat congolais.

Selon M. Ekofo qui a indiqué réservé la primeur du contenu au Premier, a souligné que ce dernier reprend les problèmes sectoriels considérés comme priorités pour les différentes  entreprises notamment, la rémunération et la question liée à la mise à la retraite du personnel.

Les délégués de la COPEMECO et la FENAPEC ont également échangé avec le Premier ministre Sama Lukonde

Par ailleurs, la délégation de la Confédération des petites et moyennes entreprises congolaises (COPEMECO) conduite par son président Dodo Balu et celle de la Fédération nationale des artisans de petites et moyennes entreprises congolaises (FENAPEC)  conduite par son président, Jean Pierre Mbuku, ont échangé avec le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukondo dans le cadre de consultations initiées par ce dernier depuis lundi 22 février, en vue de la formation prochaine du gouvernement.

Au sortir des échanges, Dodo Balu qui a parlé au nom de la délégation, a indiqué qu’il s’est agi pour leurs structures d’apporter leur pierre à l’édifice pour la réussite du mandat du programme du nouveau chef du gouvernement.

« Nous avons également, abordé avec le Premier ministre, les questions relatives à l’accès au crédit, l’amélioration du climat des affaires ainsi que la promotion des Petites  et moyennes entreprises », a-t-il dit.

Les défis du Premier ministre Sama Lukonde doivent tourner autour du développement de l’Economie, selon la FEC

Le président de la Fédération des entreprises du Congo (FEC), Albert Yuma, a déclaré que les défis du nouveau Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde doivent tourner autour d’une seule priorité qui est le développement de l’économie.

Le président Yuma qui l’a dit à l’issue des échanges de sa délégation avec le Premier ministre dans le cadre des consultations en vue de la formation prochaine du gouvernement,  a souligné que les missions que le Président de la République a donné au Chef du nouveau gouvernement, à savoir, la paix,  la sécurité,  l’éducation, le développement à la base, dépendent d’une économie fonctionnant mieux afin de maximiser des recettes et permettre à l’Etat d’agir.

Pour lui, c’est une bonne chose que le Premier ministre soit quelqu’un qui vient du monde privé parce que l’expérience du privé et du public lui permettra de comprendre les différentes préoccupations et la FEC,  a-t-il dit, est disposé à l’accompagner à réussir les sujets prioritaires de son mandat qui passe par la réforme de la fiscalité, des régies financières qui ne sont plus une solution aujourd’hui pour l’Etat mais un goulot d’étranglement.

« Il lui faudra également, d’accentuer l’amélioration du climat des affaires qui passe par la réforme de la justice et des cadres législatifs étant donné qu’il y a des textes contradictoires qui empêchent le développement de l’Economie », a précisé Albert Yuma

Le Premier ministre appelé à accélérer trois secteurs importants de développement

Le Président de la FEC a appelé le Premier ministre à accélérer les 3 secteurs de développement, à savoir : le secteur minier qui doit contribuer davantage,  le secteur industriel qui doit donner de la valeur ajoutée locale donc les emplois et enfin, le cadre agro industriel qui sera le plus grand pourvoyeur. Mais ces deux derniers secteurs ( industriel et agro industriel),  a-t-il relevé, nécessité la révision des textes qui ne sont pas suffisamment bons.

Pour Albert Yuma, le gouvernement devra s’atteler à pousser l’entreprenariat national à créer des emplois, pas seulement avec les sous-traitances, avec des textes des lois comme sous d’autres cieux.

La FEC exhorte le Premier ministre à faire un choix judicieux des membres de son gouvernement

Par ailleurs, le Président de la FEC a exhorté le Premier ministre Sama Lukonde à faire un choix judicieux des membres qui feront partis de son gouvernement. « Nous ne serons pas membres du gouvernement mais nous lui avons demandé de choisir les hommes et les femmes qui connaissent déjà de quoi ils parlent dans les ministères étant donné qu’il n’a pas beaucoup de temps pour réussir. Le Premier ministre doit prendre des gens qui connaissent déjà leurs métiers, qui sont professionnels dans les secteurs et non ceux qui viennent apprendre en devenant ministre », a lancé  Albert. Yuma, avant de conclure « Le Premier ministre a été réceptif à nos interventions et nous allons préparer un document qui reprendra toutes nos propositions pour lui remettre lundi ».

Le Premier ministre Sama Lukonde exhorté à puiser les ministres au sein de la société civile

Le coordonnateur du Cadre de concertation nationale de la société (CCNSC),  Patient Bashombe Matabishi, a exhorté le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde à puiser les ministres de son gouvernement au sein de la société civile.

Le coordonnateur Bashombe qui l’a dit au sortir des échanges de la délégation de la société civile avec le Premier ministre dans le cadre des consultations,  a indiqué qu’il y a des compétences au niveau de la société civile qui peuvent venir en appui à ce gouvernement d’Union sacrée.

« La population a beaucoup souffert dans le passé, cette fois-ci, nous ne voulons pas restés spectateurs mais plutôt contribuer à l’émergence de la bonne gouvernance distributive pour un développement intégral », a-t-il déclaré.

Selon lui, la CCNCS  a recommandé la rigueur et la probité morale comme principaux critères dans la désignation des membres du gouvernement.

Le coordonnateur Bashombe a également indiqué que les préoccupations socio-économiques de la population ont été soumises au Premier ministre Sama Lukonde. Il s’est satisfait de voir la société civile tendre la main au Premier ministre qui lui a assuré de travailler avec elle en vue d’amener le pays à l’émergence.

Le CAFCO plaide pour l’amélioration  du nombre des femmes dans le  prochain gouvernement

La présidente  du Cadre permanent de concertation de la femme congolaise (CAFCO),  Rose Mutombo, a plaidé pour l’amélioration du nombre des femmes dans le prochain gouvernement, à l’issue des échanges de cette délégation avec le Premier ministre.

Rose Mutombo a indiqué échangé avec le Chef du gouvernement sur son programme et ses attentes par rapport à la participation des femmes.

« Nous nous sommes appesantis sur la compétence et l’expertise. Nous lui avons rappelé que le Président de la République Félix Tshisekedi a eu à donner, dans le dernier gouvernement, des postes de souveraineté aux femmes. Nous espérons que cela va continuer et que, cette fois-ci, nous irons au delà de 18% étant donné qu’il y a beaucoup de femmes compétentes dans ce pays », a-t-elle lancé.

Nous avons également rappelé au Premier ministre la promesse faite  par le Président de la République dans son discours d’investiture à l’Union Africaine de travailler avec les jeunes et les femmes,  a expliqué

Mme Rose Mutombo a indiqué que sa délégation a également rappelé au Premier ministre la promesse faite par le Président de la République dans son discours d’investiture à l’Union africaine de travailler avec les jeunes et les femmes.

« Nous voulons que les femmes puissent vivre cette promesse là », a-t-elle expliqué, avant de conclure que « De la même manière la femme prend en charge son foyer dans l’informel, de la même manière  elle peut être, dans le cadre de la paix,  une artisane de la paix en contribuant à la solution aux problèmes de l’Est du pays »ACP/