La FEC : pour des perspectives efficaces au profit des opérateurs économiques  en 2021

0
130

 Kinshasa, 27 février 2021(ACP).- Le président de la Fédération des entreprises du Congo (FEC), Albert Yuma,  a  fait savoir  que le patronat congolais structuré entend dans ses perspectives pour l’année 2021,  développer le rôle de la Chambre de commerce à travers des projets en faveur des opérateurs économiques.

M. Yuma l’a indiqué vendredi à Kinshasa, lors de la cérémonie d’échanges de vœux entre les opérateurs économiques membres de la corporation et le personnel de cette structure, précisant que cette nouvelle vision va consister à la formation et à l’accompagnement du patronal dans la concrétisation du processus entrepreneurial afin de contribuer au développement socio-économique de la République démocratique du Congo.

Selon le président de la FEC, parmi ses perspectives figurent la promotion de hauts cadres nationaux par le renforcement de l’administration, l’accentuation du  rôle syndical et le positionnement de la fédération comme partenaire de référence du gouvernement dans le choix, la conception et l’exécution de projets structurants.

Il fait noter que l’ambition de la FEC au cours de son mandat à la tête de cette structure consiste au renforcement ce staff patronal en tant que force de proposition et d’anticipation sur les évènements économiques pour  qu’elle contribue efficacement à l’amélioration du climat des affaires et des investissements en RDC. Ce climat des affaires, a-t-il dit, devrait être capable de proposer une offre de services qui soit une réponse approprié aux besoins de développement et de renforcement de la compétitivité des entreprises.

«Aujourd’hui, nous présentons nos priorités économiques, c’est parce que nous pensons que nous devons ensemble, après avoir posé un diagnostic lucide, et dès maintenant nous mettre au travail pour la transformation de notre pays. Le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, n’a-t-il pas dit, lui-même, à la fin des consultations nationales, que le travail a commencé, a déclaré M. Yuma, ajoutant qu’il faut des mesures courageuses dans les secteurs porteurs de croissance notamment dans le secteur minier », a-t-il déclaré.

Il a rappelé  que certaines mesures ont été prises par le gouvernement dans le secteur minier en classant certains minerais comme stratégiques, c’est-à-dire en leur offrant un statut dérogatoire au droit commun minier et en créant une structure  appelée Autorité de régulations et de contrôle des minerais stratégiques (ARECOMS).

Cette structure permettra de mieux  fonctionner, parallèlement à la mise en place du système de monopole d’achat de l’Etat de substances stratégiques, leur traitement et leur commercialisation, il est donc indispensable. M Yuma  estimé qu’il est indispensable d’installer les animateurs d’ARECOMS afin que ceux-ci, mettent en œuvre la politique annoncée par le Président de la République   en décembre 2019.

« Une  fois que l’efficacité du nouveau système sera prouvée, il sera temps pour ARECOMS et pour EGC de se pencher sur le germanium et le coltan, qui sont aussi des substances stratégiques et peut-être un jour de penser à l’or et au diamant et au Lithium, qui constituent tout autant, si ce n’est plus, un manque à gagner pour l’Etat et un drame pour les millions de creuseurs qui sont exploités sur toute l’étendue du pays »,  a déclaré le président de la FEC, Yuma.

Il a rappelé, à l’occasion le contexte économique difficile dû à la Covid-19 en 2020, auquel  fait face les entreprises congolaises en raison d’un environnement politique instable. ACP/CL/KJI