Une quatre-vingtaine des micros entrepreneurs et animateurs des associations formés en formalisation de leurs activités.

0
121

Kinshasa, 27 février 2021 (ACP).- Une quatre-vingtaine des micros entrepreneurs de différentes corporations des métiers et des animateurs des associations des micros entrepreneurs ont été informés en stratégie de formalisation de leurs activités, au cours d’un forum organisé vendredi à leur attention par la Nouvelle Chambre des Métiers ( NCM) en partenariat avec la Fondation Hanns Seidel ( FHS) dans la commune de N’djili.

Le secrétaire général de la NCM, Daniel Biyanga, a expliqué le mobile de ce forum placé sous le thème : «La formalisation des activités des micros entrepreneurs», avec comme objectif d’aider les destinataires à quitter l’informel pour le formel.

Le souci était aussi de les informer  des conditions requises pour formaliser leurs entreprises, surtout   les avantages de cette  configuration, a-t-il ajouté.

Le chef d’antenne du guichet unique de création d’entreprise de Kinshasa Matete Camille Muzinga Amisi, a d’abord  défini l’entreprise comme étant une combinaison des biens et services.

Selon lui  le guichet unique de création d’entreprise est un service de l’Etat, précisément du ministre de la justice, ayant pour mission de faciliter la création des entreprises en RDC, soulignant que service de l’Etat est la voie obligée pour ouvrir toute activité formelle.

 En instaurant le système de guiche unique en faveur des micros entrepreneurs,  l’État Congolais prône  le libéralisme économique, c’est-à-dire : toute personne peut entreprendre toute activité mais, à condition  qu’il respecte la loi qui la régit.

 Actuellement, les choses ont évolué dans ce domaine, avec la  vision  salvatrice du Chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo,  qui a impulsé l’élargissement des avantages à évoluer dans le secteur formel. Quand on s’y lance ont est protégé par l’État a-t-il conclu. ACP/