La CENI en atelier de renforcement des capacités en logistique  

0
559

Kinshasa, 02 mars 2021 (ACP).-  Les cadres de la  Commission électorale nationale indépendante (CENI) suivent depuis lundi, une session de renforcement des capacités en logistique, organisée par la centrale électorale en collaboration avec la Fondation internationale pour les systèmes électoraux (IFES), dans le cadre des préparatifs des prochaines échéances électorales prévues en 2023.

Le président de la CENI, Corneille Nangaa Yobeluo qui a donné le go de cet atelier, lundi au Centre Caritas Congo à Kinshasa, a relevé la nécessité de commencer déjà à préparer le processus électoral de 2023 afin d’avoir des scrutins bien organisés, dans un climat apaisé.

«Les élections se préparent pendant longtemps mais le vote se joue en peu de temps», a-t-il dit, évoquant les défis logistiques des élections de 2006, 2011 et 2018, qui ont toujours été considérables dans l’organisation des élections en RDC, à côté de nombreux autres défis et risques d’ordre sécuritaire notamment, les voies de communication en état de délabrement trop avancé et l’accès difficile à plusieurs zones.

«Après trois cycles électoraux dont le dernier a abouti à une alternance pacifique du pouvoir au sommet de l’État et qui a été marquée par une prise en charge intégrale du processus électoral par le Gouvernement de la RDC, la CENI dispose à ce jour d’une expertise avérée dans l’organisation des élections», a souligné Corneille Nangaa Yobeluo.

D’après lui, cette expertise repose sur la réussite des activités opérationnelles dans un environnement électoral qui a connu un accroissement exponentiel des parties prenantes au processus, le développement du numérique, ainsi que de nouveaux défis logistiques et sécuritaires.

En 2023, a-t-il fait savoir, le défi logistique sera encore plus important vu la dégradation des infrastructures routières sur l’ensemble du territoire national.

«Les projections sur les électeurs devenant croissantes, avec plus au moins 50 millions d’électeurs attendus, soit 10 millions de plus qu’en 2018, répartis dans 26 provinces, 32 villes, 312 communes, 2.815 quartiers, 145 territoires, 734 secteurs/chefferies, 6.085 groupements, et plus de 88.000 villages, les défis logistiques doivent être pris au sérieux», a alerté le président de la CENI.

Dans l’objectif d’améliorer l’organisation des processus électoraux par une gestion efficiente de la logistique et des archives, Corneille Nangaa Yobeluo pense qu’une adaptation aux différents paramètres comme la nouvelle subdivision administrative du pays, les quelques voies de communication fonctionnelles ainsi que la capacité de transport et de stockage de la CENI obligent à anticiper positivement en mettant en place un renforcement des capacités en gestion logistique, archivage des matériels, documents administratifs et électoraux.

Appel à l’installation de nouveaux membres de la CENI et à des réformes électorales réalistes

Corneille Nangaa a, en outre appelé à l’installation de nouveaux animateurs de la CENI à temps afin de permettre la prise en charge de la planification stratégique et opérationnelle des activités électorales.

«Un matériel ou équipement électoral acquis à temps  permettra de respecter les procédures mais aussi de l’acquérir à un prix concurrentiel», a-t-il dit.

Selon le patron de la centrale électorale de la RDC, il est aussi impérieux d’opérer des réformes électorales réalistes qui éviteraient toute contradiction.

Pour sa part, Mme Nadine Mishika, questeur adjoint de la CENI, superviseur de la logistique électorale a insisté sur les grandes articulations de l’atelier, notamment la mise à jour du plan et des schémas de déploiement du matériel électoral, l’implication des spécificités environnementales et opérationnelles pour une logistique rationnelle, l’uniformisation des procédures et des documents de la gestion logistique, l’adaptation des solutions et des moyens aux besoins et aux contextes spécifiques.

L’atelier de renforcement des capacités en logistique électorale, se déroulera en deux étapes.  La première qui dure du 1er au 7 mars prend en compte la formation des formateurs, tandis que la deuxième étape se déroulera au niveau des pools à des dates qui seront fixées. ACP/Fng/Cfm/May