L’UE sanctionne quatre hauts responsables russes pour violations des droits de l’Homme

0
187

Kinshasa, 03 mars 2021 (ACP).-  L’Union européenne (UE) a imposé mardi des mesures restrictives à quatre hauts responsables russes accusés de graves violations des droits de l’Homme, ont rapporté mercredi les médias internationaux.

Ces  sources citant une déclaration du Conseil de l’UE dans un communiqué de presse, précisent que  les quatre individus ont été sanctionnés pour leur « rôle dans l’arrestation, les poursuites et la condamnation arbitraires » de l’opposant Alexeï Navalny, ainsi que « la répression des manifestations pacifiques liées à son traitement illégale.

Le communiqué souligne que ces mesures restrictives entrées en vigueur mardi consistent en une interdiction de voyager et un gel de leurs avoirs. En outre, il est interdit aux personnes et entités dans l’UE de mettre des fonds à la disposition des personnes répertoriées, directement ou indirectement.

cette décision a été prise après que Josep Borrell, le haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, eut proposé l’utilisation du nouveau système de sanctions des droits de l’Homme du bloc lors d’une réunion des ministres des Affaires étrangères des Etats membres de l’UE la semaine dernière.

C’est la première fois que l’UE impose des sanctions dans le cadre de son nouveau régime de sanctions pour les droits de l’Homme depuis son lancement en décembre de l’année dernière, rappelle-t-on.

Début septembre, la chancelière allemande Angela Merkel avait déclaré que M. Navalny avait été empoisonné au Novitchok, un agent neurotoxique d’origine soviétique. Les autorités russes ont nié ces accusations et ont exigé de l’Allemagne des preuves substantielles. M. Navalny avait été arrêté en janvier à son arrivée à Moscou en provenance d’Allemagne et a ensuite été condamné à plus de deux ans d’emprisonnement, tandis que sa défense envisage de faire appel.

La Russie a indiqué que l’affaire Navalny était une affaire intérieure et que l’ingérence étrangère n’était pas autorisée. « C’est un dossier exclusivement interne. Nous ne permettrons à personne d’interférer ni n’avons l’intention de prêter l’oreille à de telles allégations« , a martelé le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov en janvier. ACP/Kayu/KJI