Un kilomètre de digues et quatre centres de séchage  construits  au profit des  riziculteurs de Masina

0
309

Kinshasa, 03 mars 2021(ACP).-Le projet de développement de la riziculture de Masina (PDRM) a réussi à construire, au profit des riziculteurs, 1 (un) km de digues et 4 (quatre) centres des aires de séchages ainsi que 4 (quatre) hangars de stockage sur le site, a indiqué à l’ACP, M. Alphonse Motomungu, cadre du Bureau central de coordination (BCECO), lors de son intervention à la 3ème édition du séminaire agricole  de Kinshasa (SAKIN) qui s’est tenu du 1er au 2 mars à Kinshasa.

M. Motomungu  qui présentait l’état des lieux dudit projet après sept ans d’existence,   a indiqué qu’il évolue normalement à la satisfaction des riziculteurs qui augmentent en nombre. Ces producteurs, a-t-il fait savoir,  sont encadrés par les experts des ministères du Développement  rural et de l’Agriculture.

Il a indiqué que le PDRM a été lancé  en vue, non seulement d’intensifier les périphériques irrigués par l’aménagement et la création  des nouvelles parcelles agricoles ainsi que la mise sur pied des nouveaux réseaux d’irrigation et de drainage mais aussi   d’augmenter le nombre de producteurs de riz. Il a déjà aménagé près de 725 (sept cent vingt-cinq)  hectares de terres agricoles, et 30 (trente) km de pistes agricoles. Le site de Masina, a-t-il ajouté, produit 3,2 tonnes de riz par hectare.

Pour rappel, Le projet de développement de la riziculture de Masina  est implanté à environ de 25 Km du centre-ville de Kinshasa, précisément sur le site agricole de Pool Malebo. Il est financé notamment par la Banque arabe pour le développement en Afrique (BADEA) à hauteur de 10.000.000 (dix millions) USD ; le Fonds de l’OPEP  pour le développement international (OFID) pour un montant de 5.000.000 (cinq millions) USD ainsi que par le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) pour 2.000.000 (deux millions) USD, soit une enveloppe totale de 17.000.000 (dix-sept millions) USD. Le projet comprend deux composantes à savoir, les travaux de génie civil  et annexes  ainsi que  l’appui à la production agricole.

Les jeunes agronomes invités à initier des micros entreprises

 Le président de l’organisation non gouvernementale dénommée « Agro développement », José Lumanya, a pour sa part invité, au cours du même séminaire, les  jeunes agronomes regroupés au sein de sa structure, d’initier non seulement des micro-entreprises visant  la mise en œuvre  des projets et programmes pour une autonomie financière,  mais aussi des microcrédits capables à créer des emplois susceptibles de générer des revenus.

Selon lui, l’usage des produits-bio comme intrants dans la production agricole, nécessite des initiatives locales en vue d’atteindre les objectifs  de développement durable. Il s’agit  de préconiser l’agriculture durable, d’assurer la sécurité alimentaire et améliorer  la nutrition  en éradiquant la faim d’ici 2030.

M. Lumanya a, à l’occasion, rappelé l’initiative d’un jeune agronome béninois qui a réussi à transformer des graines de «neem» (un arbre aux nombreuses vertus), en  engrais de «neem» et en plasticide-bio, créant ainsi  la bio phyto, avant de faire remarquer que  des nombreux  agriculteurs qui utilisent ces produits depuis 2016, se sont déclarés satisfaits de la protection de leurs sols et de leur santé.   ACP/Kayu/KJI