BCNUDH : La RDC enregistre une baisse de 6% des violations  des droits de l’Homme en janvier 2021

0
111

Kinshasa, 4 Mars 2021 (ACP).- La République démocratique du Congo a enregistré 539 violations des droits de l’homme en République démocratique du Congo, soit une baisse de près de 6% par rapport au mois de décembre 2020(572violations), indique un document  du Bureau conjoint des Nations Unies aux droits de l’homme /RDC (BCNUDH/RDC) parvenu jeudi à l’ACP.

Selon la source, cette diminution reflète une baisse de l’ordre de 25% du nombre de violations attribuables à des militaires des Forces démocratiques de La République du Congo (FARDC),en particulier dans le Tanganyika mais également dans le Nord-Kivu, le Sud-Kivu et l’Ituri.

«Le nombre d’atteintes aux droits de l’homme par les groupes armés au cours du mois de janvier ont été en baisse de l’ordre de 7% par rapport à décembre Sur l’ensemble du territoire, les agents de l’Etat sont responsables de 49% des violations, dont les exécutions extrajudiciaires d’au moins 28 personnes, dont trois femmes et deux enfants, tandis que 51% ont été commises par des combattants de groupes armés, dont les exécutions sommaires d’au moins 149personnes, dont 39femmes et huit enfants», a indiqué la source.

Le BCNUDH a souligné qu’à l’instar du mois précédent, les combattants des groupes armés sont les principaux responsables des violations commises dans ces provinces (55%) avec les combattants Nyatura comme principaux auteurs.

Le BCNUDH continue d’appuyer les activités des juridictions militaires et civiles dans la lutte contre l’impunité

Le BCNUDH/RDC  a continué d’appuyer les activités des juridictions militaires et civiles dans le cadre de la lutte contre l’impunité, au moins trois soldats des FARDC ont été condamnés pour des violations des droits de l’homme.

Le BCNUDH a organisé  au moins trois activités de renforcement de capacités des organisations de la société civile et des acteurs étatiques et non-étatiques sur les droits de l’homme, parfois conjointement avec d’autres composantes de la MONUSCO et des partenaires externes.

Il a traité, sur l’ensemble du territoire de la République démocratique du Congo, 29 cas de menaces à l’encontre de 42 personnes dont quatre femmes, parmi lesquels 28 défenseurs des droits de l’homme, six victimes et huit journalistes. ACP/Fng/Awa