Validation de la stratégie de communication dans l’éradication du travail des enfants dans  les mines

0
154

Kinshasa, 05 mars 2021 (ACP).- Les participants à l’atelier de « validation de la stratégie nationale de communication et de plaidoyer du plan opérationnel de la stratégie nationale sectorielle de lutte contre le travail des enfants dans les mines artisanales et sur les sites miniers artisanaux » tenu du 04 au 05 mars à Kinshasa, ont validé et adopté le document relatif à la stratégie d’élimination de travail des enfants dans les mines. Ils ont encouragé les ministères sectoriels impliqués dans ce processus à s’appropriation de cette stratégie pour sa mise en œuvre par toutes les parties prenantes soulignant que ce document soit véritablement, un outil devant permettre au gouvernement de réussir son ambition de sortir des mines artisanales et favorise leur réinsertion.

Les participants ont  en outre recommandé que ce processus d’élimination  des enfants dans les mines au niveau de provinces soit concrétiser par  des édits des gouvernements provinciaux. Cet atelier a connu la participation outres des ministères impliqués dans ce processus des ambassadeurs accrédités en RDC, les experts du Bureau international du travail (BIT).

Le gouvernement réaffirme son ambition d’éradiquer le travail des enfants dans le  site minier

Auparavant, la vice-ministre aux Mines, Alpha Denise Lupetu Tshilumbayi, a réaffirmé la détermination du gouvernement d’éradiquer le phénomène de travail des enfants dans le site minier.

La vice-ministre l’a indiqué jeudi, à l’ouverture de l’assemblée plénière de la CISTEMA (travail des enfants dans les mines) laquelle assemblée s’est tenue conjointement avec l’atelier « de validation de la stratégie nationale de communication et de plaidoyer du plan opérationnel de la  stratégie nationale sectorielle de lutte contre le travail des enfants,  dans les mines artisanales et sur les miniers artisanaux en République démocratique du Congo »

Elle a révélé, à l’occasion que le travail des enfants dans les mines constitue aujourd’hui un fléau social  que le gouvernement entend éliminer à l’horizon 2025. C’est dans ce contexte, a-t-elle ajouté  que le  gouvernement à travers le ministère des Mines a pris une série des mesures pour concrétiser cette volonté politique afin d’atteindre cet objectif.

Il s’agit des mesures à la mise en place d’une commission internationale chargée du suivi de la question du Travail des enfants dans les mines artisanales et sur les sites miniers artisanaux  de la RDC (CISTEMA) en 2016, l’adoption  de la stratégie nationale sectorielle de la lutte contre le travail des enfants dans les mines artisanales,  l’octroi du statut « rouge » à toutes les mines artisanales et/ou aux sites miniers artisanaux dont la présence et le travail des enfants sont indiqués.

Le secrétaire général aux Mines, Joseph Ikoli, qui a dirigé les travaux des experts,  a salué l’accompagnement et le soutien du gouvernement aux activités de la CISTEMA, qui a formalisé son cadre juridique par voie d’un arrêté du ministère sectoriel, avant de remercier le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, pour son implication personnel, à tout ce qui touche les questions des enfants dans le pays.

Il a émis le souhait que les représentants de l’ambassade des USA soient leurs interprètes auprès du Département du travail du gouvernement américain, pour avoir répondu favorablement à la requête du ministre des mines congolais afin de lutter contre le travail des enfants dans les mines artisanales qui a impulsé le projet COTECCO-BIT (Bureau International du Travail). ACP/Kayu/NiG/JFM