La RDC honorée par la prestation de Mutombo Dikembe  dans le film  « Coming to america2 » d’Eddie Murphy

0
223

Kinshasa 07 février 2021 (ACP).- La prestation de l’ancien basketteur congolais Mutombo Dikembe dans le deuxième numéro du film « Coming to America2 » du cinéaste américain Eddie Murphy honore la RDC, ont déclaré des Congolais qui se sont confiés dimanche à l’ACP, au lendemain du lancement officiel de ce film aux Etats unis d’Amérique.

Pour eux, la RDC se voit également honorée par l’insertion à une séquence de ce film, de l’extrait de la chanson «Ye Mama»  de la l’artiste-musicien Fally Ipupa.

«Coming to America2», mieux connu sous l’appellation «Un prince à New York», est un long métrage qui a fait du succès autour des années 1980 et 1990 à travers le monde entier, relatant l’histoire d’un prince africain qui vient séjourner dans cette ville, à la recherche d’ une femme à épouser.

Dans le deuxième numéro  de ce film long métrage, Mutombo Dikembe, joue, aux cotés de nouvelles personnalités du monde des affaires américaines, dans le rôle d’un sage de la cour du roi.

Né le 25 juin 1966 à Kinshasa en RDC, Jean-Jacques Mutombo Dikembe, est  un ancien joueur congolais de basket-ball, surnommé «Mont Mutombo», mesurant 2,18 m et  célèbre pour son jeu très défensif.

Il a  commencé sa carrière de basketteur au sein de l’équipe ONATRA de Kinshasa avant d’aller intégrer le NBA, aux USA, alors qu’il y était parti pour les études en médecine. Durant son passage au NBA, il fait  18 saisons et près de 1 200 matchs, avec une moyenne de 9,8 points, 10,3 rebonds et 2,7 contres.

C’est en avril 2009 que le basketteur congolais décide de mettre un terme à sa carrière, à la suite d’une blessure au genou gauche lors du deuxième match du premier tour des playoffs face aux Trail Blazers de Portland.

Dikembe Mutombo est également reconnu pour ses nombreuses implications caritatives, notamment en  RDC. En 2005, il finance, à hauteur de 24 millions de dollars, la construction de l’hôpital Biamba Marie Mutombo dans la commune de Masina à Kinshasa. ACP/