Josky Kiambukuta un idole, un modèle et un artisan de la rumba congolaise d’après les témoignages de ses pairs

0
175

Kinshasa , 08 mars 2021 (ACP).-  Le chanteur et compositeur congolais Josky Kiambukuta Londa, décédé, dimanche, à Kinshasa, constitue une idole, un modèle et un artisan de la rumba congolaise d’après les témoignages de ses fanatiques, collègues musiciens et personnalités politiques qui n’ont cessé d’arroser d’éloges au défunt  dans les médias et les réseaux sociaux.

C’est le cas de l’artiste-musicien Koffi Olomide, actuellement en séjour au Cameroun, qui affirme  être profondément touché par la  disparition de cette figure légendaire de la musique congolaise dont il garde les souvenirs d’un père, d’un admirateur et d’un technicien. « Josky Kiambukuta mon idole, mon modèle… pour toujours ma gratitude, mon affection, mon respect et ma considération,….Mes larmes n’auront pas cessé de couler aussitôt, mon cœur ne cessera de saigner d’apprendre que Josky Kiambukuta est mort », a-t-il déclaré.

Il y a aussi les témoignages de la musicienne Barbara Kanam qui a affirmé avoir trouvé en lui les qualités d’un père, d’une icône et d’une légende  de la musique congolaise moderne.

Pour  le chanteur congolais Alech, Josky Kiambukuta a incarné la meilleure voix de tous les musiciens du clan Ok Jazz. « Par son décès, la RDC vient de perdre une de ses plus belles voix », a-t-il déclaré, regrettant de ne l’avoir pas rencontré physiquement.  Héritier Watababe et Claudy Siar font également partis de ceux qui ont publié leurs messages de condoléances aux Congolais, en particulier la  famille artistique.

Au chapitre des personnalités politiques,  l’on  note aussi la réaction de Martin Fayulu qui  a reconnu en lui, les qualités d’un artisan de la rumba congolaise.  « Ma prière est que cette extraordinaire voix qui s’éteint ouvre la voie à l’éclosion des talents du même calibre… et que  la flamme de la rumba ne cesse d’illuminer la culture congolaise. », a-t-il conclu.

50 ans  de carrière musicale

Né le 14 février 1949 à Kinshasa, Josky Kiambukuta Londa (72 ans) s’était retiré de la scène,  à cause de son état de santé, étant frappé  par un accident vasculaire cérébral (AVC) pendant son séjour en France.  Avec plus d’une cinquantaine d’années de carrière professionnelle, Josky Kiambukuta fut une des grandes figures de la musique congolaise, ayant débuté sa profession en 1969 au sein de l’orchestre « African Fiesta Sukisa » du guitariste   Dr Nico Kasanda,  avant d’intégrer l’« Ok Jazz » de  Franco Luambo Makiadi, après un court passage au sein de l’orchestre Continental.  Il sera plus tard co-fondateur du groupe « Bana Ok » avec ses amis notamment Lutumba Simaro, Ndombe Opetun, Madilu et autres  Makoso.

Une photo des « Bana Ok » de g à d : Josky Kiambukuta, Lutumba Simaro, Ndombe Opetun et Lokombe Nkalulu Chanteur et auteur-compositeur de talent, Josky Kiambukuta  a laisse à la postérité une discographie riche et variée avec des titres d’anthologie  exécutés dans les milieux des Congolais, toutes générations confondues.

Ses chansons sont  entre autres  « Monzo » (1974), « Faria » (1977), « Propriétaire » (1980), « Bimancha » (1981), « KSK » (1983), « Missile » (1983),  « Chandra » (1989), « Selengina ». Autres tubes à succès de ce talentueux auteur-compositeur et chanteur : « Gaby » et  « Destin » chantés avec  Jean de Dieu Bialu, alias « Madilu Systèm »,  sans oublier sa discographie réalisée en solo,  avec des titres tels que « Dernier avertissement »(1999), « Oui ça va » (2001), « Double vie »(2005). En 2020, un concert a été organisé à Kinshasa par ses proches, pour lui rendre hommage de son vivant, à l’occasion de son cinquantenaire de carrière musicale.

ACP/ Kayu/NiG