Mme Wangata affirme diriger un club de football masculin pour assurer la promotion de la femme

0
252

Kinshasa, 08 mars 2021 (ACP).- Mme Jeanso Wangata Ndaya a affirmé qu’elle a créé un club de football masculin dont elle tient la direction en conformité avec l’idéal de la promotion de la femme congolaise.

Dans une déclaration faite à l’ACP en marge de la journée internationale de la femme célébrée le 08 mars de chaque année, Jeanso Wangata a indiqué que la journée internationale de la femme est très significative, dans la mesure où elle permet à toute la gent féminine de voir les choses de façon positive et de manière à s’engager dans la lutte pour l’épanouissement de celle-ci.

Elle a ajouté que c’est un combat de longue haleine pour lequel l’être féminin ne devrait pas rester à la traîne de l’homme et se réduire au rôle secondaire. Ce qui revient à dire, estime-t-elle,  qu’au quotidien dans la logique de la lutte pour son émancipation et en toute responsabilité, la femme devrait être au premier plan dans le cercle décisionnel pour ne pas subir comme à l’accoutumée l’orientation masculine. « Mes  œuvres  sont une belle expression de la mise en pratique du genre du combat mené par les femmes. Je me reconnais très jeunes mais, en dépit de mon jeune âge, sans réserve, je me  suis déjà engagée dans beaucoup d’entreprises qui pouvaient m’effrayer. Pour preuve, je m’occupe de l’encadrement des jeunes garçons. Même si c’est encore insignifiant, en mon for intérieur, je considère que j’ai fait un petit pas synonyme d’une longue marche de plusieurs  milliers kilomètres à parcourir. C’est ainsi que je fais mon petit bonhomme de chemin dans l’espoir que l’avenir puisse nous réserver de biens bonnes choses », a-t-elle expliqué.

De la naissance de la JS Wangata

C’est dans le cadre de ce combat qu’elle mène qu’elle s’est engagée à créer  une équipe de football  dénommée « Jeunesse Sportive Wangata », actuellement sociétaire de l’Entente urbaine de football de Kinshasa (EUFKIN)-Lipopo, division 2, que chapeaute Timothée Menayame. La création de cette équipe remonte au 14 mai 2016 et celle-ci a vécu sa première expérience au Cercle de la commune de Limete, avant de se retrouver trois ans après en division 3 de l’Entente urbaine de football de Kinshasa (EUFKIN)-Lipopo et de monter en division 2 au cours de la saison sportive 2020-2021.

Pas une seule ombre derrière Jeanso Wangata

A la question relative à la personne masculine qui se cacherait derrière elle, la fondatrice de la JS Wangata répond : « Nous nous y attendions à cette question parce que l’on croit toujours que seule en tant que femme, nous ne sommes capables de rien et tout ce que  nous réalisons et produisons est le fruit d’une contribution masculine cachée dans l’ombre. Nous  tenons à prouver le contraire à cette opinion qui ne croit pas en notre capacité. Depuis notre  naissance, nous sommes de vraie passionnée du football et nous aimons voir les jeunes s’activer autour du football. D’où  notre  envie effrénée d’encadrer la jeunesse.

Sans ressources solides et surtout jeune, nous n’avons  pas hésité un seul instant à  nous lancer dans l’encadrement de la jeunesse avec tout ce petit monde, qui tourne autour de moi. Voilà pourquoi   en 2016, alors encore étudiante en 2ème licence à la faculté de Droit à l’Université de Kinshasa (UNIKIN), nous avons  osé créer cette équipe pour donner de la chance de réussite aux jeunes que nous avions réunis plutôt que de les laisser dans l’oisiveté et dans le désespoir. Les réunir autour de nous  est une façon de leur donner le sourire qui leur manque à travers ce qu’ils aiment et savent faire », s’est-elle réjouie.

Pour elle, la vie est un combat que chacun mène au quotidien sur cette terre des hommes et qu’elle a un boulot qui lui permet de nouer les deux bouts du mois. Non pas pour s’acheter des habits mais  pour l’encadrement des jeunes et pour subvenir aux besoins de l’équipe. Certes, ce n’est pas suffisant mais cela se fait avec des moyens de bord. Depuis qu’elle tient les rênes de l’équipe, elle n’a frappé à aucune porte pour une quelconque aide financière. Mais, cela ne l’a pas empêché de faire appel aux personnes de bonne foi pour se joindre à elle et pérenniser cette œuvre qu’elle a bâtie avec un regard tourné vers l’avenir. « Notre  rêve de tous les jours est de voir, tôt ou tard, la JS Wangata monter de plusieurs échelons tant à l’Entente provinciale de football Kinshasa (EPFKIN), à la Ligue nationale de football (LINAFOOT) qu’à la Coupe du Congo ou encore aux interclubs de la Confédération africaine de football (CAF) », a-t-elle fait savoir en relevant que, malgré les modiques moyens financiers dont elle dispose, la JS Wangata se veut à la longue un cadre idéal de business. « Le football a toujours été un projet à long terme qui peut nourrir son homme après de nombreux sacrifice », soutient-elle en précisant sur le choix opté pour l’encadrement des jeunes garçons, qu’on rencontre à tout coin de la rue. Ce qui est contraire pour la jeune fille amoureuse du ballon rond. Elle a reconnu qu’elle a bénéficié de quelques conseils de la part notamment de Timothée Menayame, président de l’EUFKIN-Lipopo.

Des dents de  lait pour un petit club au budget réduit

La JS Wangata, en 5 ans d’existence, est passée d’un budget de 3.000 $US à celui de 3.500 $US, ce qui est au-delà des prévisions à la suite de certains impondérables dus entre autres aux primes ou au transport des joueurs. Même si le football rime avec business, à ce stade l’équipe ne rapporte encore rien en termes des transferts.

Jeanso Wangata a dit qu’elle ressemble à un produit d’une génération spontanée, révélant qu’elle beaucoup d’estime et de respect pour Bestine Kazadi Ditabala pour son avènement à la tête de l’AS V.Club le 1er juillet 2020. « Encore jeune et sans repères, nous sommes un cas à part. Personnellement, nous avons commencé par le bas alors que Mme Kazadi a commencé par le sommet. La JS Wangata ne vaut rien face à l’empire des Dauphins Noirs. Nous sommes le début de l’histoire de JS Wangata alors  que Bestine Kazadi commence la sienne en remplacement d’une forte personnalité qu’est le Général-major Gabriel Amisi Kumba après  13 ans de règne. Somme toute Kazadi est à féliciter pour avoir osé. C’est cette catégorie de femme de poigne dont la RDC a besoin pour se propulser vers l’avant », a-t-elle souligné.

Jeanso Wangata Ndaya est issue de l’union entre Jean Pierre Wangata et Mme Mangunga Sophie et fait partie d’une famille de 4 enfants dont deux garçons et deux filles. Elle réside sur Kisale au quartier de la Foire, dans la commune de Lemba. Licenciée à la faculté de Droit à l’Université de Kinshasa et  avocate au barreau de la province du Kwilu, Jeanso Wangata n’a pu exercer ce métier pour raison d’incompatibilité avec son statut de conseillère culturelle à la Primature, conduite par le Premier ministre sortant Sylvestre Ilunga Ilunkamba. ACP/ Kayu/NiG