Lancement d’un projet de renforcement des capacités des jeunes pour la consolidation de la paix au Kasaï et au Kasaï Central

0
444

Kinshasa, 09 mars 2021 (ACP).- Le Haut commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR), le Bureau conjoint des Nations Unies aux droits de l’homme (BCNUDH) et World Vision International (WVI) ont lancé lundi à Tshikapa, chef-lieu de la province du Kasai, le projet intitulé «Renforcer la justice et la réinsertion socio-économique pour et par les jeunes femmes et hommes pour promouvoir la cohésion sociale entre les personnes déplacées et les membres de la communauté hôte dans les provinces du Kasaï et du Kasaï Central », indique un communiqué de presse du HCR parvenu mardi à l’ACP.

Le lancement de ce projet a eu lieu au cours d’un atelier de planification de la mise en œuvre dudit projet qui a bénéficié du financement du Fonds pour la consolidation de la paix (PBF).

La source indique que ce projet dont le budget s’évalue à 1.5 million USD, pour une durée de 18 mois, vise à apporter un appui aux jeunes, hommes et femmes, à travers le soutien institutionnel aux organisations locales, notamment les associations de jeunes pour la cohabitation pacifique, de jeunes juristes ainsi que des centres de formation professionnelle pour les jeunes.

Ce projet entend renforcer les capacités socio-économiques et juridiques des jeunes, favoriser et promouvoir la cohabitation pacifique et la paix, grâce aux opportunités économiques.

Selon la source, le PBF a choisi la date du 8 mars pour lancer ce projet étant donné que celui-ci est axé sur la promotion des droits des femmes et le renforcement des capacités des femmes à contribuer à une paix durable dans le Kasaï et le Kasaï Central.

Le projet a été présenté, lors de son lancement, aux autorités provinciales, aux partenaires non gouvernementaux, aux leaders communautaires, aux représentants des communautés des deux provinces ainsi qu’à la communauté humanitaire et de développement, en vue de créer une synergie et d’assurer une appropriation communautaire et un engagement effectif dans sa mise en œuvre dans les deux provinces.

Le gouverneur de la province du Kasaï, Dieudonné Pieme Tutokot qui a ouvert l’atelier, a  considéré ce projet comme un second souffle sur les voies et moyens de retour à une paix durable dans sa province, en amplifiant l’impact positif des projets déjà en cours de mise en œuvre.

De son coté, le chef du sous-bureau de la MONUSCO à Tshikapa, Ephraim Abwe Diabe a inscrit ledit projet dans le cadre des efforts de la MONUSCO pour le renforcement de la cohésion sociale et la cohabitation pacifique des femmes, des hommes et des jeunes du Kasaï et du Kasaï central.

Il sied de rappeler qu’entre 2016 et 2017, les conflits interethniques dans l’espace kasaïen ont entraîné de graves violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire ainsi que le déplacement forcé de plus de 1,4 million de personnes à l’intérieur de la RDC, alors que plus de 35.000 autres personnes se sont réfugiées en Angola.

Grâce aux efforts des autorités étatiques, des communautés et des acteurs humanitaires pour trouver des solutions, la région a connu une période d’accalmie. Cela a favorisé le retour spontané des déplacés internes dans leurs lieux d’origine ainsi que de plus de 14.500 réfugiés d’Angola.

Pour accompagner le retour massif des populations et atténuer les causes structurelles et les séquelles des conflits, le communique affirme que le Fonds pour la consolidation de la paix appuie les provinces du Kasaï et du Kasaï Central, à travers plusieurs projets de consolidation de la paix et de cohésion sociale. ACP/Fng/Cfm/GGK