Le RENADHOC salue l’opération «Coup de poing» contre des policiers véreux et inciviques

0
303

Kinshasa, 09 mars 2021 (ACP).- Le Réseau national des ONG des droits de l’homme de la République Démocratique du Congo (RENADHOC) a salué, dans un communiqué parvenu mardi à l’ACP, l’opération «Coup de poing» contre des policiers véreux et inciviques, menée par le commissaire provincial de la police/ville de Kinshasa, le Général Sylvano Kasongo.

Cette opération, renseigne la source, a pour objectif de lutter contre des policiers qui violent allégrement les droits humains dans l’exercice de leurs fonctions, et surtout contre ceux  chargés de réguler la circulation routière dans la ville de Kinshasa, qui s’adonnent à des tracasseries systématiques des usagers de la route.

«C’est le cas notamment des éléments de la police de circulation routière, qui ont carrément abandonné leur mission première de réguler la circulation routière en vue de fluidifier le trafic, mais se livrent par contre aux tracasseries et au rançonnement des usagers de la route», souligne le communiqué.

La source indique que depuis le lancement de cette opération, plus de 35 policiers ont été pris en flagrant délit et arrêtés sur le champ. Ce qui a permis au commissaire provinciale de la police de se rendre compte du calvaire que les policiers font subir aux paisibles citoyens et surtout aux automobilistes, qui sont devenus des proies faciles et alléchantes.

Le RENADHOC estime que cette action va remettre de l’ordre dans la police/ville de Kinshasa. Il invite, à cet effet, le Général Sylvano Kasongo à poursuivre sans désemparer la traque des brebis galeux qui pullulent dans la police et ternissent son image.

«Les policiers hors-la-loi appréhendés doivent écoper des sanctions exemplaires afin que cela serve de leçon aux autres», a recommandé cette plateforme qui regroupe plus de 750 ONG des Droits de l’homme œuvrant sur l’ensemble du territoire national depuis août 2000.

Aussi, le RENADHOC souhaite voir les commandants des unités auxquelles appartiennent les policiers être arrêtés et sanctionnés, en vertu du principe qu’il n’y a pas de mauvaise troupe, il n’y a que de mauvais chef.

Pour cette structure, cette action ne doit pas se limiter en une simple opération de communication pour s’attirer la sympathie du public et de la hiérarchie, mais devra plutôt s’inscrire dans un plan opérationnel visant à redorer l’image écornée de la police et à rendre plus professionnel le travail des policiers à la grande satisfaction de la population, première bénéficiaire de leur service.

Par ailleurs, le RENADHOC se dit disposé à accompagner ce processus qui devra indubitablement passer par des réformes afin de rendre la police plus civilisée et plus respectueuse des droits humains. «Nous restons saisis de la question pour continuer à défendre jusqu’au bout les droits de l’homme en République Démocratique du Congo», précise la source. ACP/Fng/Cfm