Sénégal : le président Macky Sall appelle la population au calme

0
171

Kinshasa, 09 mars 2021 (ACP).- Le président sénégalais, Macky Sall a appelé au calme, dans sa première intervention à la télévision publique depuis l’arrestation de son principal opposant Ousmane Sonko le mercredi 3 mars,  ont rapporté mardi, les médias internationaux.

«Tous ensemble, taisons nos rancœurs et évitons la logique de l’affrontement qui mène au pire. Cette synergie positive montre que dans des moments de doutes, d’inquiétudes et de turbulences, nos régulateurs sociaux fonctionnent», a-t-il déclaré sur la Radiodiffusion télévision sénégalaise.

Après avoir rencontré différents membres de la société civile et de la classe politique, le président sénégalais  joue désormais la carte de l’apaisement face à la contestation inédite qui secoue le Sénégal.

Les partisans d’Ousmane Sonko avaient mis en garde le pouvoir sénégalais dans le week-end.

Après les violences des derniers jours, un important dispositif policier a été déployé dans la capitale Dakar. Des blindés de l’armée surmontés de mitrailleuses sont désormais positionnés dans la ville, pour tenter de limiter les dégâts lors des manifestations.

A ce jour, cinq personnes ont officiellement perdu la vie lors des affrontements. Ils seraient au moins dix selon Ousmane Sonko, qui désigne le pouvoir sénégalais, comme unique responsable.

Appel à la mobilisation

De son côté, l’opposant Ousmane Sonko, a appelé  mardi, à une mobilisation « beaucoup plus importante » mais « pacifique », et à continuer la lutte, lors d’une conférence de presse.

«La révolution est déjà lancée, rien ni personne ne peut l’arrêter. Aucune puissance interne ou externe ne peut plus l’arrêter. Le peuple a pris sa responsabilité et a compris les enjeux. Conduisons cette révolution à son terme, c’est à dire au plus tard 2024» a-t-il déclaré dans une conférence de presse, peu de temps après avoir quitté sa garde à vue.

«Beaucoup de crises politiques ont été traversée, jamais on en a vécu une comme celle-là. Et c’est d’autant plus grave que l’avènement de Macky Sall avait suscité un grand espoir de la part de tous les sénégalais, avec une prière de promesse. Le peuple veut que sa démocratie progresse c’est ça qu’on attend d’un chef d’Etat, pas de passer tout son temps à payer des milliards à des laboratoires qui commentent des coups fourrés contre des opposants», a affirmé Ousmane Sonko. ACP/Fng/Cfm/GGK