Une thèse de doctorat sur les études stratégiques à l’ère de la mondialisation

0
594

Kinshasa, 09 mars 2021(ACP)- Le chef de travaux Anselme Banieki Tazi a été proclamé mardi docteur en relations internationales à l’Université pédagogique nationale (UPN) avec la mention « grande distinction » à l’issue de la soutenance publique d’une thèse de doctorat intitulée « Les études stratégiques à l’ère de la mondialisation : exigence pour la préservation de l’intérêt national de la République démocratique du Congo (1960 à 2018) ».

Selon le récipiendaire, l’Etat congolais est né dans la mondialisation le 23 février 1885 lorsque les puissances occidentales réunies au Berlin ont pris acte de l’existence de l’Etat indépendant du Congo.

« L’Etat du Congo a rayonné sur la scène internationale et influencé nombre des pays en Afrique de la période de 1885 à 1960 grâce à la pratique des études stratégiques. Et depuis la prise du pouvoir en 1960 par les autochtones, ces derniers n’ont pas pris conscience de l’importance des études stratégiques, or le monde contemporain est dirigé et géré par celles-ci »  a-t-il soutenu.

Pour y remédier l’impétrant a proposé  une nouvelle grille de lecture aux sociétaires de l’Etat congolais, gouvernants et gouvernés, ils sont à l’obligation selon Anselme Banieki, de comprendre que dans la gestion de l’Etat la victoire exige un savoir intelligent autrement dit une intelligence stratégique, laquelle est base sur la prévision et le calcul dans l’utilisation du potentiel de l’Etat en temps de paix comme dans une situation de conflictualité.

Pour la création des centres, des écoles et instituts d’études stratégiques

Le récipiendaire a dit avoir soutenu la thèse selon laquelle la conscientisation d’abord des gouvernants  et ensuite des gouvernés congolais de la pratique des études stratégiques permettra alors, la création des centres, des écoles et instituts d’études stratégiques.

Il est également  question, a-t-il dit, de disposer  des moyens nécessaires pouvant  stimuler la crème scientifique congolaise à la production des doctrines et pensées stratégiques au service des décideurs de la politique extérieure congolaise.

Il a suggéré aux gouvernants politiques actuels et à ceux qui aspirent à gouverner demain l’Etat congolais de prendre conscience que le monde est dirigé et géré par les grands ensembles, autrement dit les réseaux au sein desquels émergent des réalités qui ne sont pas accessibles à tous.

Ces réseaux  constituent un ensemble très complexe c’est- à –dire un grand système qui gouverne le monde mondialisé, planétarisé, globalisé ou universalisé ayant ses exigences  et faisant appel à une intelligence stratégique dans le cadre de compétitivité.

Il a ainsi recommandé les stratégies offensives dans le rapport horizontal tandis que les stratégies défensives les sont dans le rapport vertical.

Appel aux gouvernants à collaborer dans l’analyse des problèmes liés à la paix et à la guerre

Les gouvernants congolais sont  appelés dans cette étude doctorale,  à travailler avec les universités, les centres  et les écoles d’études stratégiques congolais  où l’on trouve des spécialistes  dans l’analyse des problèmes liés à la paix et à la guerre, afin d’éclairer les gestionnaires de l’Etat congolais  sur la prévision et le calcul du potentiel ou de la puissance de l’Etat en vue d’assurer la victoire.

Les gouvernants américains par exemple, a-t-il martelé, puisent leur intelligence stratégique auprès des hommes de science des Universités d’Harvard, Cambridge ou Massachussetts, Institute of technology etc.

De même pour les russes, anglais, français  et chinois, a-t-il complété.

Le potentiel qu’il a fait allusion, il s’agit de ce qui existe en puissance et en capacité  d’action de production dans  le  sol et le sous-sol congolais qui regorgent les minerais , la grande forêt qui est le deuxième poumon du monde après l’ Amazonie du Brésil , premier réservoir d’eau douce en Afrique comme aussi les gisements du pétrole et de du gaz naturel etc.

Ces ressources souffrent d’une politique  appropriée de transformation, d’un suivi  de production de qualité et de quantité supérieure  pour une commercialisation compétitive, a souligné l’impétrant qui a par ailleurs recommandé d’harmoniser en RDC les rapports de coopération avec les autres acteurs du système international.

Le professeur  Jean-Lucien Kitima Kasendwe  est le promoteur de cette thèse .Il a fait partie du jury composé entre autres des professeurs Rigobert Kabwita Kabolo Iko et Alexis Mbikayi Mundeke.

La séance académique a été présidée par le recteur de l’UPN, le Pr Simon Masamba.

ACP/Fng/Cfm/GGK