La COCOLUCO salue le travail abattu par la DGDA dans la gestion des recettes dues au Trésor public

0
193

Kinshasa, 10 mars 2021 (ACP).- Le secrétariat exécutif de la Coalition des organisations non gouvernementales congolaises de lutte contre la corruption (COCOLUCO), une structure de la Société civile engagée dans la sensibilisation et la mobilisation de la population à la culture de la transparence, de la bonne gouvernance et fiscale, a salué, mardi, l’engagement de certains mandataires publics dont la  Direction générale des douanes et accises (DGDA ) pour la mobilisation des recettes dues au Trésor public.

M. Sam Bakasende wa Kasenda coordonnateur délégué national de cette structure a fait remarquer que suite à la campagne de sensibilisation à la bonne gouvernance et la culture fiscale, la DGDA a créé une ouverture et une collaboration permanente ainsi que l’observatoire des avancées significatives dans plusieurs domaines notamment, la transparence dans le recouvrement et la gestion de certaines rétrocessions qui, jadis n’entraient pas dans le compte du Trésor public via le ministère du Commerce Extérieur.

Il a ajouté  qu’à l’avènement de Jean Baptiste Kongolo Mutshi Kabila, à la tête de la DGDA, celle-ci a contribué positivement à la mise en valeur de la clé de répartition des recettes collectées tout en  permettant au secrétariat général du Commerce extérieur de rentrer  dans ses droits.

La COCOLUCO a, par ailleurs relevé un grand dysfonctionnement et des controverses liées, d’une part dans les entreprises et services d’assiette sensées mobiliser les recettes mais  ne remplissent pas cette exigence légale dans le respect des dispositions en la matière. D’autres parts ces entreprises d’assiettes entre-elles ne s’accordent pas sur les droits reconnus à chaque entreprise,  mettant les agents devant les difficultés de fonctionner normalement.

C’est dans cette optique que s’inscrit la politique de rapprocher les gouvernants des gouvernés pour jouer au mieux leur rôle. M. Sam Bakasenda wa Kasende a révélé que plusieurs suspicions fusent de différents responsables des services de l’Etat  dénonçant auprès de cette structure certaines antivaleurs qui ne favorisant pas les intérêts des fonctionnaires.

Face à cette situation, la COCOLUCO a sollicité l’implication du Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, dans la revisionr ou encore abrogation de certaines ordonnances règlementant ce secteur, entre autre celle n° 13/003 du 28 février 2013 et les autres en vue de renouveler et d’arrêter des remous créés par cette situation entre les entreprises publiques de l’Etat et garantir la traçabilité dans la gestion des deniers publics.

Elle a lancé également une alerte à l’endroit du premier ministre Jean Michel Sama Lukonde Kyenge, de revoir avec le nouveau ministre des Finances qui sera nommé dans le gouvernement de l’Union sacrée de la nation, les modalités pratiques en pour la répartition de la rétrocession en vue de stimuler les agents à dépasser mêmes les assignations pour le besoin de la cause.

M. Sam Bakasenda Wa Kasende a invité, à cette occasion, les mandataires des services publics à se mettre résolument au travail et d’emboîter les pas de leur collègue de la DGDA afin que la loi soit réellement compatible à toutes les régies financières. ACP/Kayu/KJI