La dépouille de l’ancien Premier ministre Joseph N’Singa Udjuu acheminée au Maï-Ndombe pour inhumation

0
526

Kinshasa, 10 mars 2021 (ACP).- La dépouille de l’ancien Premier ministre Joseph N’Singa Udjuu a été acheminée, mercredi, au Maï-Ndombe, précisément à la cité de Semendwa,  pour son inhumation à côté de son père, Albert N’Singa vendredi, au village N’Sontin à 35 km de Semendwa.

Auparavant, une messe de suffrages a été dite par le Cardinal et archevêque émérite de la ville de Kinshasa, Laurent Monsengwo Pasinya, en sa mémoire en la cathédrale Notre-Dame du Congo, dans la commune de Lingwala, en présence du  président du Sénat, Modeste Bahati Lukwebo, représentant le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo ainsi que du président de l’Assemblée nationale, Christophe Mboso Nkodia Puanga et du président honoraire du Sénat, Léon Kengo Wa Dondo.

Dans son homélie, le cardinal Laurent Monsengwo, a exhorté l’assemblée à prier Dieu afin que par la mort de Joseph N’Singa Udjuu, l’Eternel fasse à la RDC, la grâce d’avoir des politiciens, a-t-il souligné, artisans de la paix et de la cohésion nationale, mais aussi qui travaillent pour le bien social et le bien-être de la Nation.

Mgr Laurent Monsengwo Pasinya a relevé que Joseph N’Singa Udjuu Ungwakebi Untube est de ceux dont la Bible parle, en Apocalypse, «heureux sont ceux des morts qui meurent dans le Seigneur, afin qu’ils se reposent de leurs travaux, car leurs œuvres les suivent». Pour l’ancien archevêque de Kinshasa, le sens de «notre vie» est d’appartenir au Seigneur.

Au nom de la province du Grand Bandundu, l’ancien gouverneur de province et sénateur honoraire, Joseph M’Pambia Musanga Bekaja, a fait valoir dans son intervention que l’ancien Premier ministre Joseph N’Singa Udjuu fut un homme politique audacieux, courageux et sachant ce qu’il voulait. «Votre courage politique sera le stimulant de notre lutte pour le développement de la province du Mai-Ndombe, en particulier, et de la RDC en général.  N’Singa Udjuu quitte les siens à peine qu’il venait d’initier avec d’autres amis, une dynamique de réflexion pour obtenir et suivre l’éclosion et le développement du Mai-Ndombe dans la paix et observance du respect strict de l’État de droit et droit humain», a fait savoir l’honorable M’pambia.

De son côté, l’ancien sénateur François Kaniki Unshengwo, ancien secrétaire particulier de feu le Premier commissaire d’État, N’Singa Udjuu, n’a pas fait une oraison funèbre classique, avant de décrire son ancien «patron et oncle», comme son formateur. «Ce que j’ai retenu de l’homme de N’Sontin, village dont feu  Luambo Makiadi a immortalisé le nom dans sa chanson Obwa Oshu Nzeme (Il n’y a pas plus grande richesse qu’avoir une bonne progéniture», a dit François Kaniki, ajoutant qu’il a retenu de N’Singa Udjuu quelques principes qui l’ont guidé : très courageux pour défendre ses idées et dire la vérité, attachement au pouvoir traditionnel et à l’autorité de l’État. «Si tu veux vivre longtemps et ne pas aller en prison : ne détourne pas l’argent de l’Etat, ne touche aux filles et aux femmes des gens», a fait relever le sénateur honoraire et directeur général de l’entreprise de manutention, en RDC, Bolloré.

Après la messe de suffrages,en la cathédrale Notre-Dame du Congo, le cortège funèbre s’est ébranlé vers l’aéroport de Ndolo, au centre de la ville de Kinshasa, pour le départ vers la cité de Semendwa, au Mai-Ndombe, avant l’inhumation du corps de Joseph N’Singa Udjuu Ungwakebi Untube, à côté de son père, Albert N’Singa vendredi, à N’Sontin. ACP/