La JIF : un combat  à mener jusqu’à  l’appropriation de la défense et  la promotion des droits spécifiques des femmes

0
445

Kinshasa, 12 mars 2021 (ACP).- Mmes Aurelie Pamu et   Jeannine Esany, toutes cadres du Parti du peuple pour la reconstruction et le développement (PPRD) ont considéré la Journée internationale de la femme (JIF) comme un moment de redynamisation  du combat mené en faveur de la mise en œuvre  des droits et des devoirs de la femme jusqu’à l’appropriation des missions, de les défendre et les promouvoir.

Ces propos ont été avancés vendredi dans la commune de Ngiri-Ngiri, lors d’un entretien avec l’ACP, en rapport avec la thématique du mois spécial de mars dédié à la femme en 2021. A cet effet, de prime abord, Mme Pamu a  constaté avec amertume l’échec de cette journée à ce jour en République démocratique du Congo(RDC), regrettant que depuis presqu’une décennie, la JIF soit plus rivée au port de pagnes  ainsi qu’à l’organisation des manifestations festives  et des conférences sentant de l’utopie au point d’amener beaucoup d’observateurs  à penser que la parité va demeurer un slogan.

La  preuve, a-t-elle renchéri ,  même en cette année sous menace de la pandémie de coronavirus , le 8 mars 2021 , il ya eu dans un grand nombre d’organisations du pays, des manifestations festives au cours desquelles les gestes barrières  à la COVID19 n’ont pas été pris en compte, avant de reconnaitre que la thématique de  la JIF en cette année est  interpellatrice quant au rôle de premier plan à jouer par la femme dans la conscientisation à l’existence de cette épidémie et à la nécessité de contribuer  à l’application des mesures préventives pour mettre les congolais à l’abri de ses ravages.

Le pouvoir de vaincre la COVID 19 reconnu à la femme

 Par  ailleurs,  Mme Esany a vu dans   les deux thèmes de la JIF/2021,   une reconnaissance du pouvoir et/ou des aptitudes féminines naturels et intellectuels à lutter efficacement contre tous les cas pathologiques, ajoutant qu’ils  réveillent et éveillent les femmes à comprendre le lourd fardeau de la pandémie du siècle qu’elles doivent jusqu’à parvenir à en arriver à bout.

 Elle a également fait savoir qu’il s’agit,  à travers les thèmes international et national, d’une occasion de montrer à la femme des nouveaux obstacles de la vie qu’elle doit  vaincre. Et de poursuivre que parmi ces obstacles à anéantir,  il  ya entre autres le chômage et la pauvreté  dus notamment à la paralysie de la vie économique en raison du confinement, la marginalisation politique  à cause de l’injustice des hommes sans oublier la constante violence domestique consécutive à la pratique de la coutume jusqu’à ce  jour. Ces thèmes les obligent à  démontrer leur compétence en apportant des contributions efficaces dans la lutte contre la COVID -19  ainsi qu’à prendre en charge les ménages,  à l’instar de l’instant d’après les  pillages de triste mémoire. « L’on doit donc prouver,  à travers des actes innovateurs,  le talent féminin dans la recherche des solutions idoines aux graves problèmes à la base du freinage de l’élan du développement à travers le monde », a-t-elle chuté. ACP/Kayu/NiG/JFM