L’ISDD a organisé une formation en faveur de 40 femmes leaders politiques et des associations

0
141

Kinshasa, 12 mars 2021 (ACP).- Quarante femmes leaders politiques et  membres des associations ont  suivi une formation sur le mode de fonctionnement d’un Groupe de solidarité, d’épargne et de crédit ( GSEC) et   la notion de « responsabilité sociétale », au cours d’une session organisée,  du 11 au 12 courant, dans la commune de Gombe, par l’Institut des stratégies pour le développement durable (ISDD), dans le cadre de son programme d’initiation des femmes à l’entrepreneuriat.

Mme Eugénie Kakesa, formatrice et présidente de l’Association des mamans mobilisées pour l’intégration de développement (AMAMID), a  exposé sur la création d’une entreprise, en soutenant que la création d’une entreprise implique certains préalables, à savoir : l’accès au micro finances, au marché, à la technologie, à l’information et au savoir-faire.

Elle a défini le GSEC comme  un ensemble de personnes qui se réunit par affinités (relationnelle, professionnelle, comportementale), dans l’objectif de travailler en communion pour l’avenir. C’est aussi une association de personnes qui épargnent et se font des petits emprunts à partir de leurs épargnes.

Aider les pauvres à économiser pour réaliser leurs micro-projets

Par ailleurs, les objectifs d’un GSEC est d’aider les communautés à se constituer en groupe de solidarité en vue de leur auto-prise en charge  et de  l’amélioration de  la vie de la communauté, a-t-elle indiqué. La vision étant d’aider les pauvres à économiser pour réaliser leurs micro-projets, a-t-elle ajouté.

Selon Mme Kakesa, le crédit dont question ici, renvoie à l’argent emprunté du GSEC pour un investissement ou l’achat d’un bien capital, à rembourser avec intérêt. La finalité de GSEC c’est la mobilisation de ressources propres, a conclu Mme Kakesa. Le Pr. Paulin Zabudi, expert en entrepreunariat, a, quant à lui, exposé sur la responsabilité sociétale d’une entreprise, soulignant que celle-ci est fondée sur le principe de solidarité et que l’entreprise doit pour ce faire partager ses ressources avec les parties prenantes, afin de s’assurer un avenir garanti.

Ce  type de fonctionnement en synergie vise la réduction de la pauvreté, l’éducation de qualité,  la croissance économique, la réduction des inégalités, etc., a fait savoir l’orateur, ajoutant que son exposé avait comme souci de mettre l’accent sur la mission sociale de l’entreprise, son organisation, le rôle et attitudes de parties prenantes, ainsi que la  stratégie d’une gestion durable de l’entreprise. ACP/ACP/FNG/Kayu/NiG/JFM