Le CPM décide de ramener le taux directeur de la banque de 18,5% à 15,5%

0
124

Kinshasa, 15 mars 2021 (ACP).- Le Comité de politique monétaire (CPM) a décidé, au cours de sa deuxième réunion ordinaire de l’année, tenue le week-end, sous la présidence du gouverneur de la de la Banque centrale du Congo (BCC), d’assouplir le dispositif de la politique monétaire, en ramenant le taux directeur de 18,5% à 15,5%, en vue notamment de  réduire le coût de refinancement aux  banques, indique un communiqué de cet Institut d’émission parvenu lundi à l’ACP.

Selon ce communiqué,  les coefficients de la réserve obligatoire sur les dépôts en devises à vue et à terme  sont maintenus respectivement à 13,0% et 12,0%,  ceux pour les dépôts en monnaie nationale à vue et à terme à 0,0%. La régulation de la liquidité se poursuivra avec le bon BCC.

Situation économique sur le plan interne

Au plan interne, le CPM a fait savoir que l’activité reste marquée par la stabilité du cadre macroéconomique, attestée par le ralentissement de l’inflation et le regain d’optimisme des chefs d’entreprises. Au sujet des perspectives à court terme de l’économie, le  solde global d’opinions des chefs d’entreprises s’est amélioré au mois de février 2021, pour s’établir à +14,1% après + 9,4% le mois précédent.

Sur le marché des biens et services, le CPM a indiqué qu’il a été noté une décélération du rythme de formation des prix, sur fond de l’absence de tensions sur le marché de change, précisant que le rythme  mensuel d’inflation est ressortie à 0,347% en février 2021 contre 0,367% au mois de janvier et 0,256% enregistré à la période correspondante de 2020, portant le cumul annuel à 715%. En glissement annuel, le taux d’inflation s’est établi à 15,75%. A condition inchangée, l’inflation se situerait à 4,742% à fin décembre 2021.

En ce qui concerne les finances publiques, le CPM a fait remarquer que la balance des  opérations financières de l’Etat a affiché un solde déficitaire de 11,9 (onze milliards neuf cent millions) FC, résultant des recettes de l’ordre de 607 (six cent sept milliards) FC et des dépenses de 618,9 (six cent dix-huit milliards neuf cent millions) FC.

Le CPM, selon la même source, a indiqué que ce déficit mensuel a été  financé par une quotité des ressources tirées échue qui s’élevaient 3.000.000.000 (trois milliards) FC, dans un contexte d’émission nette négative.

Le CPM a également précisé que sur le marché de change, il est remarqué la poursuite de la stabilité du taux sur le  marché, soulignant que ce dernier est demeuré contenu dans la fourchette de  1.970 (mille neuf cent soixante-dix) et 2.027 (deux mille vingt-sept) FC le dollar américain. Les réserves internationales, quant à elles, se sont maintenues à 671. 260.000 (six cent soixante-onze millions deux cent soixante mille) USD à fin février 2021.

Concernant le solde de la  balance commerciale du pays, il s’est  détérioré en janvier 2021 par rapport au  mois de janvier 2020, en raison de l’expansion des importations et que le solde s’est situé à 133.350.000 (cent trente-trois millions trois cent cinquante mille) USD en janvier contre 455.460.000 (quatre cent cinquante-cinq millions quatre cent soixante mille) USD en janvier 2020.

La base monétaire connait un accroissement au mois de février 2021

Le Comité de politique monétaire a également souligné que  la la base du secteur monétaire a connu un accroissement au  mois de février 2021 de 0,02 milliards FC et  81,13 milliards de FC par rapport à  fin janvier 2021 et fin décembre 2020, respectivement expliqué par la hausse des  avoirs intérieurs nets.

Par ailleurs, le CPM note que l’instrument bon BCC a maintenu l’encours global à 7,5 milliards de FC pour la maturité de 7 (sept) jours, ajoutant que comparé à fin décembre 2020, cet instrument a permis une injection de 7,5 milliards de FC. Pour ce qui est des perspectives économiques au cours de prochains mois, le CPM reste globalement confiant quant au maintien de la stabilité macroéconomique. De ce fait, il a estimé que la politique monétaire devrait demeurer prudente et proactive, dépendante de l’évolution de la pandémie de la Covid-19, de l’évolution des prix, du taux de change ainsi que du comportement du trésor dans un contexte de faible mobilisation des ressources intérieures. ACP/Kayu/NiG/NKV/MNI