Le thème retenu pour la JIF ne s’accommode pas aux réalités du pays, selon une Congolaise de la diaspora

0
271

Kinshasa 15 mars 2021 (ACP).- Mme Deborah Kayembe élue récemment rectrice de l’université d’Édinbourg en Ecosse, au Royaume Uni  a, dans une correspondance en ligne  lundi adressée à l’ACP, indiqué que le thème retenu pour célébrer l’édition 2021 de la Journée internationale de la femme (JIF) ne s’accommode pas avec les réalités de la RDC car le monde du numérique exige tant un niveau intellectuel avancé des prestataires qu’un accès facile pour tous à l’internet. Pour cette immigrée d’origine congolaise,  en RDC, seules  quelques femmes évoluant dans des agglomérations dites modernes maitrisent l’usage de l’outil informatique contrairement à leurs collègues des milieux ruraux qui ne sont pas branchées sur la nouvelle technologie.

Plus encore, s’agissant  du numérique, l’arrière-pays connait un grand retard pour l’installation des appareils informatiques par manque d’électricité. Les rares téméraires dans les campagne, pour la plupart,  des étudiants fréquentant  des établissements d’enseignement universitaire et supérieur, ont du fil à retordre pour échanger avec leurs collègues des villes  à travers des réseaux sociaux comme face book, instagram, Twitter ou  WhatsApp.

Pour ce qui est des femmes congolaises vivant en Ecosse, elle a dit avoir constaté que la majorité d’entre elles n’a pas eu la chance d’accéder aux études poussées ni de s’épanouir faute des papiers, une situation qui les  pousse  de vivre dans la clandestinité.

Loin de se décourager, Mme Deborah Kayembe a exhorté le gouvernement, en appui avec des partenaires, à initier et  faire pratiquer l’usage de l’outil informatique déjà à partir de l’enseignement de base, soulignant que La RDC ne peut jamais se soustraire de cette démarche car le développement du pays passe obligatoirement par cette voie.

ACP/Kayu/NiG/NKV/MNI