Organisation par le RECIC d’une journée d’évaluation de la prise en compte du genre dans les institutions en RDC

0
122

Kinshasa, 15 mars 2021(ACP)-Le Réseau d’éducation civique au Congo(RECIC) a arganisé, lundi, au Musée national à Kinshsa, une journée d’évaluation de la prise en compte du genre dans les institutions en RDC à l’attention des leaders des ONG de la société civile partenaire à ladite plate-forme.

Selon le secrétaire exécutif du RECIC, Me Jean-Michel Mvondo, cette activité a visé à contribuer à lélimination des irrégularités hommes-femmes dans la société congolaise afin de promouvoir l’équité homme-femme.

Il a été  également, question de susciter l’attention des acteurs de la société civile dans le respect de l’égalité homme-femme au sein des institutions nationales.

En rapport avec les thématiques de la Journée internationale de la femme choisies sur les plans national et international mettant l’accent sur la COVID-19 et l’utilisation des Novelles technologies de l’information et de la communication(NTIC), Jean-Michel Mvondo, a annoncé que le RECIC organisera dans les prochains jours une formtion de remise à niveau des leders feminins sur les NTIC.

L’assistant au programme du RECIC, Credo Taba qui a circonscrit le cadre de la tenue de cette journée citoyenne, a souligné que le genre est un enjeu de développement pour lequel aujourd’hui les préoccupations des programmes  politiques de développement tournent autour de la lutte contre la pauvreté, mais celle-ci n’est pas définie en fonction d’une vie en dessous du seuil normal du revenu, elle est aussi la conséquence de l’inégalité des rapports sociaux hommes-femmes.

Le statut et la position de la femme la rendent plus vulnérable à la pauvreté, a-t-il dit,  soulignant la nécessité de l’enggement en faveur de la réduction des inégalités homme-femme impliquent les pratiques et les modes de fonctionnement des isntitutions qui se traduisent par la remise en question de la position du pouvoir et des mécanismes de édveloppement.

Des faibles avancées sur la représentation de la femme avec l’avénément du Président Félix Tshisekedi

Les animateurs du RECIC ont aussi relevé des faibles avancées sur la représentation de la femme  au sein des institutions avec l’avénément du Président Félix Tshisekedi à la tête du pays.

Les statistiques démontrent selon les animateurs, un faible pourcentage de femmes au sein des isntitutions sur 67 membres du gouvernement sortant , seules 13 femmes  ont fait leur entrée, reprsentant ainsi 17% des feemmes.

Ins ont noté que ces femmes ont occupé de postes ministériels de grande responsabilité.

Au Sénat, seules 23 femmes sur les 109 que comptent cette chambre heute dite de sages, soit 21% et l’Assemblée Nationale quant à , regorgeait 64 femmes sur les 500 élus, c’est le porcentage le plus bas, soit 12%.

Face ce tableau si faible, le RECICs’est angagé à contribuer à la réduction des irrégularités entre hommes et femmes dans ses différentes campagnes de sensibilisation, de formation, etc.

La prise de conscience réelle de la femme et  l’accompagnement des hommes pour sa promotion

Par ailleurs, les animateurs et les acteurs de la société civile des organisations partenaires du RECIC, participant à cet atelier autour de la facilatrice Madeleine Andeka,  ont recommandé la prise de conscience réelle de la femme elle-meme ou l’auto- promotion et l’accompagnement des hommes pour l’épanouissement dans la société.

Les participants ont aussi soulevé la nécessité de voir les femmes leaders des partis politiques et travaillant dans les institutions, associer d’autres femmes dans les postes prétigieux au niveau la gestion de la chose publique.

D’autres résolutions ont porté notamment, sur la  nécessité pour les femmes de se lancer dans les activités d’entrepreneuriat pour éradiquer la pauvreté, l’encouragement à créer les partis politiques, soit à occuper les postes de commandement, de renforcer l’éducation de la jeune fille et la formation socio-professionnelle de la femme pour acquérir des compétences et s’affirmer dans la communauté, de veiller à l’application de différents textes relatifs au genre, parité et d’organiser les activités de sensibilisation et de formation pour la conscience de la femme et d’autres partenaires dans cette lutte. ACP/