De nombreuses voix  s’accordent pour reconnaître la féminisation de la pauvreté

0
237

Kinshasa, 16 mars 2021 (ACP).- Mme Claire Diasitua, entrepreneure et chercheuse dans le domaine de l’environnement a indiqué au cours d’un entretien mardi avec l’ACP, que des nombreuses personnes s’accordent pour reconnaître la féminisation de la pauvreté, des statistiques des organismes internationaux indiquent que les femmes représentaient il ya peu 70% des pauvres de la planète et 60% de travailleurs pauvres (1/4 des travailleurs totaux) gagnant moins d’un dollar par jour.

Selon Mme Diasitua, les femmes sont plus vulnérables à la pauvreté et moins aptes à s’en sortir en raison de leurs conditions sociale dans certaines cultures. « Pour aider la femme à briser le carcan de la pauvreté, il faut examiner attentivement les normes et les valeurs culturelles et la dynamique du pouvoir entre les hommes et les femmes ainsi que les réalités de vie la courante qui font d’elle, un être capable de subvenir aux besoins de son ménage.

Dans beaucoup de pays, les us et coutumes cantonnent la femme au foyer, dans son rôle de mère et ménagère, a-t-elle fait savoir, ces normes influent sur les lois, les orientations et l’accès à l’instruction et à l’emploi et tout ce qui peut être source de stabilité économique et de progrès, a conclu la chercheuse. ACP/Fng/Cfm/GGK/Thd