Le DG Lambert Kaboyi proclamé docteur en sciences historiques    

0
984

Kinshasa, 18 mars 2021(ACP).- Le chef de travaux Lambert Kaboyi Habinamana, Directeur général de l’Agence congolaise de presse (ACP), a été proclamé docteur en sciences historiques, avec la mention « la plus grande distinction », à l’issue de la soutenance publique, jeudi à l’Université pédagogique nationale (UPN), d’une thèse de doctorat  intitulée « L’exploitation des minerais à Kamituga (au Sud-Kivu)  et son impact sur les populations de la région : une contribution à l’histoire économique et sociale de la RDC (1923-2018) ».

Cette dissertation de la spécialité d’histoire socio-économique s’avère, selon son auteur, un point d’alerte aux décideurs sur le contrôle du secteur minier, sujet des appétits gloutons de la part des prédateurs recrutés parmi les seigneurs de guerre, les opérateurs économiques nationaux et les multinationales qui saignent à blanc l’économie de la RDC à travers les pillages de tous ordres.

Le récipiendaire a noté aussi les faiblesses dont fait montre l’organisation politique, administrative  et judiciaire du pays en cette matière.

L’impétrant a considéré aussi son étude doctorale comme un plaidoyer visant à mettre un terme à la présence des femmes et des enfants dans les sites miniers où ils subissent la loi du plus fort, notamment celle des groupes armés qui les exploitent comme esclaves sexuelles ou encore les font subir les exactions les plus dégradantes .

Lambert Kaboyi a, en outre, énuméré quelques méfaits de l’exploitation artisanale des mines, entre autres l’abandon de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche qui, pourtant, constituent une source indispensable de l’alimentation traditionnelle et de l’autosuffisance alimentaire pour la survie des populations entières, provoquant ainsi la rareté des produits alimentaires dans les régions minières.

Il a inscrit cette recherche doctorale dans le cadre de l’histoire socio-économique et culturelle dont l’innovation est l’histoire des masses laborieuses, considéré comme un fort mouvement au-delà du contexte scientifique.

A en croire le récipiendaire, l’histoire des masses laborieuses constitue un engagement aux côtés des gens que les historiens panafricanistes et africains de l’époque coloniale avaient jusqu’alors négligé (ouvriers, femmes, enfants, minorités ou pauvres), méconnaissant leur impact dans la famille, le travail, le loisir, l’écologie, bref dans la vie quotidienne.

Le récipiendaire a mené une  analyse des structures de la société où l’attention est portée aux groupes  sociaux, à leur composition, aux structures plutôt qu’aux expériences individuelles et où la classe ouvrière est considérée comme partie prenante de sa propre formation avec une attention particulière aux relations, aux actions, aux expériences, à la conscience et aux différentes cultures africaines.

Composé des professeurs de l’UPN, Louis Kalubi M’kola (promoteur), Dieudonné Iyeli Katamu (co-promoteur), Thomas Munayi Muntu (président du jury), Baudouin Mwamba Mputu, Faustin Mudinga Mukendi et Senghor Tshingi Kueno Ndombasi ainsi que le Pr Emile Bongeli Yeikelo de l’Université de Kinshasa, le jury examinateur a souligné la nécessité de repenser l’histoire socio-économique de la RDC à partir de cette recherche, dans la résolution notamment des problèmes liés à l’exploitation des minerais de l’Est du pays.

Le jury a apprécié  à sa juste valeur la pertinence et l’originalité de cette étude qui vient combler au déficit d’écrits visant l’éradication des « minerais de sang » afin de promouvoir une compétition équitable devant non seulement permettre aux entreprises internationales, mais aussi aux producteurs congolais d’influencer les prix au niveau local, comme l’a recommandé le chef de travaux Lambert Kaboyi.

La résolution de la paix, la stabilité politique et la prospérité dans la Région selon lui, serait un « genre de plan Marshall » pour le Congo, auquel le peuple serait préparé aux règles de la démocratie, au respect des accords internationaux et à bien d’autres valeurs humaines.

« Au lieu de financer la guerre, les richesses minières de la RDC financerait plutôt ce plan Marshall », a-t-il préconisé.

La séance académique a été présidée par le recteur de l’UPN, le Pr Simon Masamba.ACP/GGK