Une thèse de doctorat à l’UNIKIN sur les politiques rizicoles

0
665

Kinshasa, 18 mars 2021(ACP).-Le chef de travaux Didier Oswes A-Mwak a été proclamé jeudi docteur en sciences politiques et administratives à l’Université de Kinshasa(UNIKIN) avec la mention « grande distinction » à l’issue de la soutenance publique d’une thèse de doctorat intitulée «Les politiques rizicoles en Camargue(France) et à Kinshasa(RDC) ».

L’objectif visé dans cette étude doctorale était de procéder à une analyse minutieuse faisant un rapprochement entre les politiques publiques rizicoles développées, d’une part dans un Etat fort qui est la France, et d’autre part en République démocratique du Congo qualifiée d’Etat faible.

L’auteur a proposé un modèle de management public rizicole pour la ville de Kinshasa, étant donné que la France avec moins de terres arables produit plus que la RDC qui dispose de beaucoup de terres arables.

Le Pr émérite Oscar Nsaman-O-Lutu, promoteur de cette thèse, l’a qualifiée d’un véritable instrument de management  devant influencer les décideurs dans l’élaboration des politiques publiques en riziculture pour contribuer efficacement au développement de la RDC.

Ce modèle de management est organisé actuellement à l’Ecole doctorale de CEPROMAD, a-t-il dit.

Les professeurs Célestin Musao Kalombo et Emile Bongeli sont des co-promoteurs de cette thèse. La séance académique a été présidée par le secrétaire général académique, le Pr Eustache Banza Nsomwe, au nom du recteur.

A l’Université pédagogique nationale (UPN), une thèse de doctorat  intitulée « Caractérisation et détection des traits intrinsèques  de trois souches d’Oreochromis niloticus  L. de la région de Bukavu pour le développement  de la pisciculture au Sud-Kivu, RDC » a été soutenue par son auteur, le chef de travaux John Nihoreye  Fakage.

Cette recherche en biologie animale et de la spécialité  d’ichtyologie et aquaculture, qui a valu le grade de docteur en sciences à son auteur, visait à identifier les souches des populations « d’Oreochromis niloticus » présentes dans la région de Bukavu (au Sud-Kivu).

Ces souches des populations présentent des performances intéressantes au regard du contexte piscicole local dans le but de contribuer à l’amélioration du rendement de la pisciculture afin de lutter contre la malnutrition  et la pauvreté sévissant au Sud-Kivu.

L’identification de la meilleure souche d’Oreochromis niloticus  a été réalisée selon le récipiendaire, à l’aide des essais de station portant sur une souche sauvage et une souche domestique préalablement discriminées par une analyse morphologique.

Les professeurs  Nathan Nyongombe, Jean Lohaka Djonga et Pascal Isumbisho Mwapu ont été respectivement promoteur et co-promoteurs de ladite thèse.ACP/GGK