Des  recommandations pour lutter contre l’esclavage moderne dans les sites miniers en  Ituri

0
283

Bunia, 19 mars 2021 (ACP).- Plusieurs recommandations ont été formulées au gouvernement de la République et provincial pour la lutte contre l’esclavage moderne dans les sites miniers de la province de l’Ituri, a déclaré jeudi à l’ACP le coordonnateur de l’ONG de droits-humains « Justice Plus » au terme de la réunion extraordinaire du Comité provincial de suivi des activités minières(CPS)/Ituri organisée à l’hôtel Goldstar à Bunia.

Les membres de CPS, a-t-il précisé, ont recommandé au gouvernement central de  suivre le  respect du  désengagement des hommes en arme dans les sites miniers décrété par la hiérarchie de l’armée et celle de la police, la mise en place d’une unité de police de mines efficace sur le terrain pour que les activités des orpailleurs et creuseurs artisanaux se passent dans les normes.

Pour le gouvernement provincial de l’Ituri, il lui été recommandé  de veiller sur le respect de toutes ces mesures, d’accompagner les efforts du gouvernement central qui  insistent sur le fait  que les zones d’exploitation minière soient celles qui sont sans conflit  et où  les gens peuvent en même temps travailler et respecter les normes sécuritaires et climatiques.

Activités réalisées dans les sites miniers d’Iga-barrière, Lopa, et Nizi

Xavier Maki a indiqué au cours de ces assises les participants ont été mis au parfum sur les activités réalisées dans les sites miniers d’Iga-barrière, Lopa, et Nizi en territoire de Djugu dans le cadre de ce projet piloté par son organisation concernant les types d’esclavage moderne qui sont les violations des droits-humais enregistrés dans ces sites miniers notamment l’utilisation des enfants dans l’exploitation artisanale de l’or, l’exploitation sexuelle, travaux forcés.

Il a souligné que  ce  projet ambitionne de lutter contre ce fléau de l’esclavage moderne pour permettre à la RDC d’exporter de l’or certifié  qui ne vient pas des zones de conflit. Parce qu’a-t-il fait savoir les minerais dits de »conflit » ne sont pas consommés sur le marché international. Pour Xavier Maki, le grand challenge reste la mise en place de mécanismes pour lutter contre ce fléau  grâce à une série de campagnes de vulgarisation de textes de loi en la matière, le code minier afin de conscientiser les différents acteurs impliqués dans la lutte contre l’esclavage moderne.

Pour sa part, le ministre provincial en charge de mines et président de CPS, Emmanuel Bahati Kukwabo a réitéré la ferme détermination de l’exécutif provincial à instaurer une exploitation minière artisanale responsable, éthique et respectueuse de droit de l’homme.

Par ailleurs, la Commission interministérielle du suivi de la question de travail des enfants dans les mines artisanales (CISTEMA) a recommandé à « Justice Plus » de continuer à travailler en synergie avec SAEMAPE et d’autres structures étatiques spécialisées afin d’éradiquer l’esclavage moderne sous toutes ses formes dans la province de l’Ituri.

Les délégués de structures étatiques du secteur minier notamment SAEMAPE, division provinciale de Mines ainsi que ceux de la société civile ont pris part à cette rencontre. Ce projet est exécuté par Justice Plus en en partenariat avec l’Ong internationale Better chain, renseigne-t-on.

ACP/FNG/NIG/JFM