Lancement à Kinshasa du projet d’assistance aux populations de N’sele touchées par la COVID-19

0
389

Kinshasa, 19 mars 2021 (ACP).- La ministre des Affaires sociales, Rose Boyata Monkaju a lancé, jeudi, le projet d’assistance aux populations urbaines de la commune de N’sele, touchées par la COVID-19 en présence des autorités municipales et politico-administratives ainsi que de l’ambassadeur des Etats unis en RDC, Mike Hammer et de représentants des organismes des Nations Unies.

Selon la ministre, ce projet va atténuer, à coup sûr, les pertes des revenus et autres effets négatifs subis par des nombreux ménages de la commune de N’sele à cause de la COVID-19.

Ce projet tombe à point nommé au regard des effets néfastes de la pandémie à Coronavirus aux ménages les plus démunis de la commune de la N’sele, a-t-elle dit, avant de rendre hommage au Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, pour son implication personnelle dans la recherche de l’amélioration des conditions des vies des Congolais. Rose Boyata a estimé que le projet est bénéfique pour son ministère dans la mesure où, il permet de renforcer les capacités du personnel de son ministère à travers la direction d’études et planification.

Pour l’ambassadeur des États-Unis d’Amérique en RDC, Mike Hammer, cette cérémonie du lancement du projet donne l’occasion à tous les partenaires de soutenir le peuple congolais dans la lutte contre la vulnérabilité économique, ajoutant que ce projet répond aux besoins économiques de la communauté rurale de la commune de N’sele qui a été touchée par la pandémie à Coronavirus. La contribution des USA dans ce projet, a précisé le diplomate américain, s’élève  à 10 millions de dollars américains. De son coté, le représentant du Programme mondial alimentaire Peter Musoko, a souligné que ce projet est très important, car, il permettra aux nombreuses familles de subvenir à leurs besoins, avant de remercier les gouvernements britannique et américain pour leur soutien dans la concrétisation dudit projet.

Atténuer l’impact de la COVID-19

Par ailleurs, le représentant résident du Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) en RDC, Édouard Beigbeder,  a indiqué que ce projet permet d’atténuer l’impact dévastateur de la COVID-19 dans cette contrée.  Pour lui, il s’agit d’une opportunité pour appuyer le gouvernement de la RDC dans le cadre du développement d’un système national de protection sociale sensible aux chocs et de son registre social des manages pauvres et vulnérables. Le projet d’assistance qui doit s’étendre dans d’autres coins du pays vient en aide à 20.500 ménages vulnérables qui bénéficieront, chaque mois, du  transfert des fonds,  destinés à les aider principalement à acheter les produits de première nécessité.

Au cours de la première phase, 20. 500 familles recevront 100. 000 FC  en espèce pendant trois mois et 10.900 FC au cours de la 2ème phase. Les plus vulnérables, indique-t-on, continueront à recevoir 125. 000 FC pendant six mois supplémentaire. Mis en œuvre conjointement par le PAM et l’UNICEF, ce projet pilote est financé par les gouvernements américain et britannique à travers l’Agence américaine pour le développement international (USAID) et le bureau des Affaires étrangères, Commonwealth et le bureau du développement du Royaume-Uni (FCDO). ACP/FNG/NIG/JFM