Les agriculteurs du « site Kimwenza » appelés à se regrouper en une coopérative

0
179

Kinshasa, 19 mars 2021 (ACP).- Le ministre provinciale  de Kinshasa, en charge de l’Agriculture, pèche et élevage, Kanga Né Kongo, a appelé les agriculteurs du « site agricole de Kimwenza » et les opérateurs économiques du domaine agropastoral de la commune de Mont-Ngafula, à se regrouper en une coopérative. Il a lancé cet appel vendredi lors de la visite qu’il effectuée sur ce site après les pluies diluviennes  qui sont abattues à Kinshasa où la plupart de champs ont été dévastés et engloutis par les eaux de pluie.

Pour le ministre provincial Kanga, seul le regroupement en une  coopérative, peut permettre aux agriculteurs, particulièrement ceux de la ville de Kinshasa, à s’ouvrir des horizons pour pouvoir bénéficier des crédits et autres financements auprès des institutions bancaires nationales et pourquoi pas des organismes internationaux opérant  dans le secteur de l’agriculture. Il a, à l’occasion, indiqué que l’exécutif provincial de Kinshasa  travaille avec le gouvernement national, pour mettre en place très bientôt, un programme de relance du secteur agricole en partenariat avec tous les services publics et le Fonds international de développement agricole (FIDA).

Ce programme, a-t-il poursuivi, s’inscrit dans le cadre de la politique visant la réduction des importations alimentaires en République démocratique du Congo (RDC) et la relance du secteur agricole  congolais. « Dans ce programme du gouvernement, la priorité est accordée aux filières  de  la culture vivrière à savoir, le maïs, le riz, le sorgho et autres ; de la culture industrielle avec le palmier à huile, le cacaoyer et le caféier, sans oublier l’élevage (poissons et porcs).Il  est très difficile dans le contexte actuel de la mondialisation, du réchauffement climatique, qu’un pays comme la RDC s’aligne sur la voie du progrès, s’il n’est pas capable de consommer ses propres produits », a souligné le ministre provincial de l’Agriculture, pêche et élevage Kanga.  Selon lui,  plusieurs tentatives de relance de l’agriculture n’ont pas donné des résultats concrets, parce qu’elles n’étaient pas basées sur des données réelles de terrain, ou encore des données probantes. ACP/FNG/NIG/JFM