L’ICCN présente un bilan positif trois ans après l’acquisition de l’Organe de gestion CITES

0
336

Kinshasa, 20 mars 2021 (ACP).- Le conseiller juridique de l’Institut congolais pour la conservation de nature (ICCN), le Pr Augustin Ngumbi Amuri a présenté vendredi, au cours d’une conférence de presse au Jardin botanique de Kinshasa, un bilan positif de son institution trois ans après l’acquisition de l’Organe de gestion CITES (convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages) et deux ans après sa mise en œuvre.

Bien que le transfert de l’Organe de gestion CITES de la Direction de la conservation de la nature (DCN) du ministère de l’Environnement vers l’ICCN ait été officialisé depuis le 28 septembre 2017, le fonctionnement de cet Organe au sein de l’ICCN n’a été effectif qu’à partir du mois de janvier 2018.

Pour le Pr Ngumbi qui est aussi Directeur-Coordonnateur de l’Organe de gestion CITES/RDC, les actions menées par l’ICCN par le biais de son Directeur général, le Dr Cosma Wilungula Balongolwa dans la mise œuvre de la CITES ont permis d’extirper les antivaleurs et les mauvaises pratiques qui ont plongé le pays dans la liste noire.

Bien que jusqu’à ce jour la RDC est toujours dans la liste noire, les efforts consentis prouvent à suffisance que le pays devrait être sorti de cette liste, a-t-il expliqué.

Les quelques actions phares menées par l’ICCN sont notamment la mise en place d’une Coordination CITES au sein de l’ICCN, le lancement de la plateforme informatisée de la CITES dénommée  « Management informatic system (CMIS) » qui est la première initiative du genre en Afrique, mettant ainsi en œuvre la vision de numérisation de l’administration publique prônée par le Chef de l’Etat, Felix-Antoine Tshisekedi Tshilombo.

Cette plateforme informatisée (CMIS) facilite l’identification préalable de toute personne physique ou morale désirant obtenir un permis d’exportation et d’importation des espèces de faune et de flore sauvages. L’Organe de gestion CITES contribue également à la mobilisation des recettes grâce à la plateforme « CMIS » qui favorise l’interaction avec les régies financières et différents services d’assiette.

Le Pr Ngumbi a indiqué également que plusieurs espèces sauvages ont été rapatriées en RDC et plus de 100 arrestations et saisis ont été opérées grâce à la collaboration avec les Task forces et la justice du pays, toujours dans le cadre des actions menées par l’ICCN.

Eu égard de toutes les actions susmentionnées, le Pr Ngumbi a estimé que l’ICCN mériterait d’être félicité et récompensé. Il ne reste qu’à lui doter d’une ordonnance du chef pour consolider les dites actions et renforcer son statut juridique, a-t-il conclu.

Des éclaircissements apportés aux syndicalistes de la Direction de la conservation de la nature du ministère de l’environnement et développement durable

 Peu avant, dans la matinée le Directeur-Coordonnateur de l’Organe de gestion CITES/RDC, le Pr Ngumbi Amuri Augustin a apporté les éclaircissements aux syndicalistes de la Direction de la conservation de la nature du ministère de l’Environnement et Développement durable sur les zones d’ombre qui ont été reprochées à l’ICCN dans la  gestion de l’Organe de gestion CITES.

Cette réunion a connu également la participation du directeur du cabinet du ministre de l’Environnement qui l’a présidée ainsi que d’un membre de la Direction générale des recettes administratives (DGRAD).ACP/CL/KJI