Les Etats-Unis signalent plus de 6.000 infections liées à des variantes du coronavirus

0
277

Kinshasa, 22 mars 2021 (ACP).- Plus de 6.000 infections causées par diverses variantes de coronavirus ont au total été signalées aux Etats-Unis, selon les dernières données du Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC) des Etats-Unis ont rapporté lundi des médias étrangers.

Selon ces sources, la grande majorité des 6.390 cas répertoriés ont été causés par la variante connue sous le nom de B.1.1.7, qui a pour la première fois été détectée au Royaume-Uni. Il y a également 194 cas de B.1.351, une nouvelle souche initialement découverte en Afrique du Sud, et 54 cas de la souche P.1 détectée pour la première fois au Brésil. La progression des variantes B.1.427 et B.1.429, deux souches de coronavirus détectées pour la première fois en Californie, aux Etats-Unis, est également étroitement surveillée par le CDC. Ces cinq souches de coronavirus sont actuellement classées « variantes préoccupantes » par le CDC.

En effet, de nombreux éléments indiquent que ces variantes se caractérisent par une transmissibilité accrue, une augmentation des hospitalisations et des décès, une baisse significative des capacités de neutralisation des anticorps générés lors d’une infection ou d’une vaccination, une efficacité réduite des traitements ou des vaccins, ou encore une difficulté accrue à détecter ou à diagnostiquer l’infection. Le CDC et ses partenaires sont en train d’augmenter le nombre de spécimens soumis à séquençage génomique dans les laboratoires du pays, selon l’agence. ACP/Kayu/NiG/NKV/MNI