Poètes congolais, faiseurs de consciences et d’éveil patriotique, thème d’une conférence tenue à l’ISP/Gombe

0
216

Kinshasa, 26 mars 2021(ACP)- Le Département de français–langues africaines de l’Institut supérieur pédagogique (ISP/Gombe) et le Centre de recherche scientifique, d’éditions et de diffusion des documents pédagogiques (CRESEDIP) ont organisé, vendredi, une conférence-débat sur le thème principal  « Poètes congolais, faiseurs de consciences et d’éveil patriotique ».

Selon les organisateurs, cette conférence a été organisée par l’ISP à l’occasion de Journées internationales des droits de la femme (8 mars), de la Francophonie (20 mars), de la langue maternelle (22 mars ) et de la poèsie (21 mars).

Le secrétaire gnéral académique de l’ISP/Gombe, le Pr François Kabemba Assani qui a présidé cette conférence au nom de la directrice générale de l’ISP/Gombe, le Pr Emilienne Akonga, a salué les différentes thématiques abordées autour de ce thème principal. Il a souligné le role combien important d’un poète dans l’éveil de la conscience, de l’esprit de l’imagination, de l’innovation et de l’inventivité permettant à un peuple de retrouver sa marche vers la culture et le développment.

Le Pr Kabemba a également apprécié l’engagement pris par les organsaeurs de publier les actes de la conférence aux éditions de l’ISP en vue de faire avancer la recherche dans ce domaine des lettres,  langues et littératures africaines,  etc.

Les participants et intervenants à la conférence

Le directeur de CRESEDIP, Pr Justin Mwamba  Isimbi Tang’Yele, a exposé sur la thématique : « Des mots pour dire dans quand les mots se souviennent de Mama Nzibe Charlotte, de Richard Fortuné Badibanga Kabawu ».

Il a souligné dans son intervention, le recueil des poèmes de  Richard–Fortuné Badibanga Kabawu est une histoire des mots, lesquels mots font corps avec les langages de poètes.

Des mots qui ont donné selon lui, corps et ames aux littératures mondialement reconnues pendant des siècles. Il s’agit dans ce recueil  de 11 poèmes, des mots qui disent les larmes pour un être cher, pour une histoire d’une relation amoureuse qui va au-délà d’une vie de couple .

Ces mots sont ceux d’une histoire d’un homme face à lui-meme, face à son histoire qui se confond avec celle de celui qui lui est également cher : le peuple, a dit le Pr Mwamba, soulignant que le poète cultive un grand amour pour les autres.

Dans ce recueil des poèmes de Badibanga, a-t-il précisé, est un hommage d’un mari poète à sa femme, une femme des qualités exceptionnelles, avec laquelle une histoire exceptionnelle s’est constituée pendant un temps.

Le Pr Mwamba a relevé notamment les sens de l’humanisme, du patriotisme, de la promotion des valeurs féminines, de la solidarité mondiale, de la révolution, de la conscience collective, de la détermination, de l’abnégation, du grand sacrifice, du contenus dans ce recueil.

Dans son intervention sur «  L’impact de l’oralité sur l’écriture dans Que viennent les temps des chenilles de Isidore Ndaywel è Nziem », le Pr Gertrude Ekombe Ekofo, a commenté cette œuvre de l’écrivain Isidore Ndaywel, plus connu par le public comme historien.

Elle a dit que son choix a été motivé par le désir de faire découvrir au public, le Pr Ndaywel, homme des lettres. L’exposé sur le recueil de  18 (dix-huit) poèmes de Pr Ndaywel  intitulé « Que viennent les temps des chenilles » publié à Kinshasa aux éditions Isis en 2018, a dit le Pr Gertrude Ekombe, est reparti en deux grands sous titres dont le premier est intitulé « Les rosées du matin » et le deuxième porte sur « La tombe des ancetres ».

Cette œuvre du Pr Ndaywel, a-t-elle souligné, se situe à l’intersection de l’oral et de l’écrit d’une part, et jette le pont entre la poésie et l’histoire, d’autre part. La tendance à l’oralisation ou à l’africanisation de l’écriture témoigne du souci de la création d’une écriture plus proche du style de la tradition orale pour une bonne appréciation de l’écriture.

Elle a souligné les valeurs notamment, de lutte pour la liberté  et la démocratie, de la dignité et le bien–être social des Congoalais et des peuples africains, sont contenues dans cette œuvre littéraire.

Plusieurs autres exposés de diéfférents professeurs de l’ISP/Gombe  sur le thème principal précité, ont été faits au cours de cette matinée scientifique, qui a connu la participation des professeurs, des chefs de travaux, des assistants, des étudiants et des chercheurs indépendants. ACP/