Le Franc congolais demeure stable sur le marché de change parallèle

0
826

 Kinshasa, 27 mars 2021(ACP).- Le Franc Congolais est demeuré stable  sur le marché parallèle au cours de la semaine du 22 au 28 mars 2021 par rapport celle du 15 au 21 du même mois en se changeant à 2.000 FC, a constaté l’ACP sur les marchés de change disséminés à travers la ville de Kinshasa.

Cette stabilité, selon le gouvernement, est la résultante du pacte de stabilité monétaire qu’il a signé avec  la Banque centrale du Congo (BCC). Cette stabilité du Franc congolais date du dernier trimestre de l’exercice 2020.

Au cours de la semaine sous examen, il a été constaté une légère dépréciation du Franc Congolais à l’officiel, soit 1984 (mille neuf cent quatre-vingt-quatre) FC la semaine du 22 au 28 mars 2021 contre  1.980 (mille neuf quatre-vingt) FC, la semaine du 15 au 21 mars de la même année. Au parallèle par contre, s’observe une stabilité du taux entre le Franc congolais et le dollar américain, soit 2.000 (deux mille) FC pour un dollar américain.

Le Comité de conjoncture économique a noté dans sa réunion de mercredi 24 mars  de la semaine sous examen, un rebondissement des prix des matières premières sur le marché international, promettant ainsi une amélioration du cadre macroéconomique malgré les effets négatifs de la pandémie de la COVID 19 sur l’économie mondiale en générale et congolaise en particulier.

Il relève que le cuivre est à 9.053,2 dollars américains la tonne métrique, le cobalt est à 52.760 la tonne, le Zinc à 2.802 USD, l’étain à 2.782 USD et l’once d’or à 1728,55 USD.

Comparées à la situation de 2021 à celle de 2017 voire même 2018, les prix des matières premières qui étaient en baisse retrouvent à l’approximatif leurs niveaux du deuxième semestre 2017 ou la tonne de cuivre était plus de 9.000 USD la tonne, le cobalt légèrement à plus de la moitié, soit 100.000 USD la tonne.

Cette situation de 2017 était consécutive dans l’innovation dans la fabrication des batteries électriques pour les véhicules.

Pour le marché des biens et services, le Comité de conjoncture économique note également une stabilité dans la formation des prix intérieurs.

La semaine du 15 au 21 mars par contre, le comité de conjoncture économique avait noté une hausse aussi bien de la production que de la consommation du ciment gris à hauteur de 33,2% ainsi qu’une amélioration de 206,4% des stocks pétrolier dans la partie Est de la RDC. Il a également fait remarquer  un léger excédent de la trésorerie et des réserves de change de la BCC découlant de l’embellie des cours des produits miniers.

Des mesures pour pérenniser la stabilité du cadre macroéconomique

La Banque centrale du Congo a par ailleurs projeté une augmentation de la base monétaire au sens strict à 30,4% et la masse monétaire à 33,8% au sens large au cours de cet exercice 2021. Elle devrait également veiller au respect du pacte de stabilité en alignant les dépenses en fonction des recettes tout en écartant le risque de retour au financement monétaire.

Il s’agit aussi de la mise en place par la BCC d’un guichet spécial de refinancement d’une maturité allant de 3 à 24 mois pour augmenter les ressources des banques afin de soutenir l’activité économique. La surveillance par l’inspection des finances au sein des institutions publiques et entreprises du portefeuille de l’Etat est aussi comptée parmi les mesures du respect du pacte de stabilité du cadre macro-économique.

Toutes les mesures d’encadrement prises par l’autorité monétaire sont soutenues par la politique de bonne gouvernance prônée par le Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, visant l’éradication des antivaleurs notamment, la corruption et le détournement des deniers publics. ACP/CL/KJI