Le Président français envisage de nouvelles restrictions sanitaires  contre la covid-19

0
439
©PHOTOPQR/LA MONTAGNE/Thierry LINDAUER ; ; 02/07/2020 ; interview emmanuel MACRON, paris le 02 juillet 2020, photo thierry Lindauer (MaxPPP TagID: maxnewsworldfive189545.jpg) [Photo via MaxPPP]

Kinshasa, 28 mars 2021 (ACP).- Evoquant une situation sanitaire critique, le président français Emmanuel Macron envisage de nouvelles restrictions sanitaires si nécessaire, affirmant toutefois que rien n’est décidé, ont rapporté dimanche des médias étrangers. « Pour les jours qui viennent, nous allons regarder l’efficacité des mesures de freinage et nous prendrons si nécessaire celles qui s’imposent. Mais à cette heure, rien n’est décidé« , a-t-il déclaré dans une interview accordée à ce journal.

Il s’est également exprimé sur sa décision de ne pas reconfiner le pays le 29 janvier dernier comme le préconisait une partie des scientifiques français. « L’unanimité scientifique n’a jamais été au rendez-vous. Et parfois, les faits du lendemain viennent contrecarrer les certitudes de la veille« , a-t-il expliqué.

Le Président français semble donc vouloir jouer la montre face à une accélération des contaminations en privilégiant une accélération massive de la vaccination en France, avec notamment la mise en place de plusieurs  accinodromes et l’accès au vaccin à toutes les personnes de plus de 70 ans. « Si j’ouvrais à toutes les tranches d’âge d’un coup, il y aurait des inégalités sociales et territoriales dans l’accès au vaccin. Ce serait un mauvais choix politique et sanitaire« , a-t-il dit.

« La France va avoir de plus en plus de doses de vaccin« , a assuré le président français avant de préciser que maintenant l’objectif de dix millions de Français vaccinés mi-avril, 20 millions mi-mai, 30 millions mi-juin. Emmanuel Macron a de nouveau confirmé l’engagement du gouvernement de pouvoir proposer un vaccin à tous les adultes qui le souhaitent avant la fin de l’été.

Cet entretien intervient alors que l’Espagne a annoncé un renfort des contrôles sanitaires à la frontière avec la France, comme l’a déjà fait l’Allemagne. ACP/CL/May