Une conférence-débat organisée par le MAC pour clôturer le mois de mars

0
270

Kinshasa, 28 mars 2021 (ACP).- L’Asbl « Mouvement Aimons le Congo (MAC) », en partenariat avec la Dynamique de la Jeunesse féminine (DYJEF) a organisé vendredi, dans la salle « Maiko » du nouveau bâtiment administratif de l’immeuble « Tembe na Tembe« , dans la commune de Lingwala, une conférence-débat pour clôturer en bonté le mois de la femme en vue d’échanger et partager les expériences avec les femmes de différentes couches de la société autour du thème : « Leadership citoyen et politique de la femme congolaise à l’ère de la Covid-19″.

Au cours de cette activité, le coordonnateur national de cette structure, Me Bruno Ngolo Kango s’est appesanti sur les textes juridiques consacrant les droits des femmes sur le plan tant national qu’international. Il a par cette occasion déclaré que le leadership politique de la femme congolaise dépend de la Résolution 1325 du conseil de sécurité des Nations-Unies et de la Constitution du 18 Février 2006 de la République Démocratique du Congo (RDC) en passant par les Objectifs du développement durable (ODD). « Ces textes donnent à la femme congolaise les moyens de mettre en œuvre son leadership pour mieux faire entendre sa voix dans la société », a-t-il déclaré

Il a, d’une part rappelé à l’assistance que la Résolution du conseil de sécurité des Nations-Unies reconnaît exclusivement les droits des femmes à jouer un rôle de premier plan dans la réalisation de la paix et de la sécurité internationale, et d’autre part, que la Constitution de notre pays veille sur l’élimination de toutes formes de discrimination à l’égard de la femme et assure la protection et la promotion des droits de ces dernières.

Mme Marie-Jeanne Bokoko, médecin généraliste et mère de famille a,  pour sa part exhorté ses paires sur le rôle qu’une femme doit accomplir vis-à-vis de son foyer mais aussi et surtout de son milieu de travail. Ainsi, pour aller plus loin dans la vie, Mme Bokoko a estimé que la femme doit oser et se laisser former afin d’être capable de mériter une position dans la société.

Quelques recommandations adressées aux femmes leaders politiques, juristes, de médias et celles de la société civile

Par ailleurs, le coordonnateur national du MAC a formulé quelques recommandations adressées à ces femmes pour élaborer un plan d’action axé sur les objectifs à atteindre d’ici le 08 mars prochain. Il s’agit notamment d’intensifier le plaidoyer sur la question de la participation de la femme dans les institutions publiques, surtout pour les postes de nomination, de continuer à sensibiliser et à vulgariser le texte en rapport avec les femmes, de former ces dernières et les jeunes filles à leur autonomisation et à la culture du travail et enfin de créer une synergie entre ces femmes pour un meilleur suivi.

Il a ainsi saisit l’occasion pour saluer l’engagement du chef de l’État, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo et de la première dame, Denise Nyakeru sur la participation de la femme aux instances de prise des décisions permettant d’une part, de renforcer les efforts déjà engagés par les femmes et d’autres part, de valoriser les compétences de celles-ci dans la gestion des institutions publiques.

Créée le 30 Juin 2020 à Kinshasa, le « Mouvement Aimons le Congo » est une plateforme des organisations ayant pour objectif principal de rassembler les congolais au tour d’un idéal commun afin de bâtir un pays plus beau qu’avant dans la paix. ACP/CL/May