Les opérateurs miniers réfléchissent sur la problématique de la transformation locale des concentrées du cuivre

0
298

Kinshasa, 30 mars 2021 (ACP).- Les opérateurs miniers, la société civile ainsi que les gouvernements national et provincial du Haut-Katanga et du Lualaba sont réunis  depuis lundi en atelier pour réfléchira sur la problématique de la transformation locale des concentrées du cuivre et de sulfure, en vue d’accroître les revenus dans le cadre du développement économique de la République démocratique du Congo (RDC), a appris l’ACP mardi du ministère des Mines.

Ouvert lundi à Lubumbashi par le ministre des Mines, Willy Kitobo Samsoni,  cet  atelier  de deux jours porte sur des échanges  entre les opérateurs miniers et les scientifiques, suivi des présentations sur les technologies qui permettent la transformation de sulfures sur place.

La source indique que la première transformation est celle déjà industrialisée par l’usine pyrométallurgique moderne de LCS à Kolwezi qui produit du cuivre blister titrant pour plus de 99%, la deuxième est la technologie hydrométallurgique qui utilise la bio-lixiviation des sulfures testés en Vat-Leaching par les laboratoires de recherche CreZ et Metal-group; et enfin la troisième est le projet d’infrastructure énergétique en cours pour diminuer le déficit en électricité des miniers.

Dans son intervention, le ministre Kitobo a insisté  sur la vision du Président de la République, Felix-Antoine Tshisekedi Tshilombo qui met un accent particulier sur le développement du secteur des mines en gardant un dialogue permanent avec toutes les parties prenantes, afin de garantir un climat des affaires apaisé et optimal. Il s’agit, a-t-il ajouté, de la nécessité de réfléchir ensemble sur ces questions devenues sensibles ces dernières années et trouver des solutions idoines bénéfiques à toutes les parties impliquées dans le secteur des mines.

Cet atelier  examine également la question liée à l’évaluation du moratoire sur l’autorisation d’exportation des concentrés de cuivre et du cobalt signé le 12 octobre 2020 et qui expire le 12 avril 2021;

Le problème de deux innovations importantes de la loi minière de 2018 qui devraient profiter aux communautés locales, mais qui souffrent de la non application effective à savoir, le cahier de charges et la dotation de 0,3% du chiffre d’affaires annuel.

Pour rappel, ces assises regroupent, en dehors des miniers, les ministres provinciaux des mines du Haut-Katanga et du Lualaba, les délégués de la chambre des mines de la Fédération des entreprises du Congo (FEC), les organisations de la société civile, les partenaires techniques et financiers ainsi que les autres acteurs impliqués dans le développement communautaire. ACP/Fng/Cfm/GGK/Thd